Recherche
Bibliothèque
Se connecter
Regarder en plein écran
il y a 5 ans

Riquet à la houppe d’Amélie Nothomb

Webtvculture Web TV Culture
Retrouvez l'émission sur http://www.web-tv-culture.com/

Depuis plus de vingt ans maintenant, Amélie Nothomb est une figure incontournable de l’univers littéraire francophone. Révélée en 1992 avec « Hygiène de l’assassin », fidèle à son éditeur Albin Michel, elle publie chaque année, à la rentrée de septembre, un nouveau roman attendu par ses milliers de lecteurs dont certains sont de véritables fans. Célèbre pour ses chapeaux ou son goût immodéré pour le champagne, Amélie Nothomb fascine autant qu’elle dérange. Ses admirateurs et ses détracteurs ont un peu dit tout et n’importe quoi sur elle, elle en joue et s’en amuse mais s’il est une qualité qu’il faut lui reconnaitre, c’est la simplicité, la gentillesse, la courtoisie, la disponibilité qu’elle témoigne à son interlocuteur quel qu’il soit. Mais si Amélie Nothomb a su marquer le monde éditorial, c’est aussi par son écriture, son style, ses inspirations. Ses romans sont drôles, loufoques, incompréhensibles pour les uns, profondément philosophiques, satires sociales ou énigmatiques pour les autres. Si Amélie Nothomb privilégie les textes courts, les phrases sobres, sans excès de langage, elle glisse aussi souvent un semblant d’autobiographie dans ses romans comme dans « Stupeurs et tremblements », « La métaphysique des tubes » ou « Pétronille » sans que l’on sache vraiment qu’elle en est la part de vérité. Seule « La nostalgie heureuse » peut être considéré réellement comme autobiographique. Elle y racontait alors le voyage qu’elle fit au Japon en 2012 sur les traces de son enfance.
L’enfance est un thème récurrent dans l’écriture d’Amélie Nothomb. On ne s’étonnera donc pas si régulièrement, elle emprunte aux contes et légendes d’autrefois qu’elle interprète et actualise. Il y eut « Barbe bleue », « Le crime du comte Neville » et aujourd’hui « Riquet à la houppe ». Popularisé par Charles Perrault au début du XVIIIème siècle, ce conte nous parle du beau et du laid. Amélie Nothomb reprend le sujet en imaginant la rencontre surprenante de deux êtres que tout oppose, Déodat et Trémière. Il est très laid, elle est très belle mais tous deux sont seuls car exclus d’un monde qui les rejette. Ils vont s’aimer envers et contre tout. Dans ce roman, on parle d’amour, de cruauté, d’incompréhension, du regard des autres, de la différence, de l’acceptation de soi. Tout cela avec justesse, poésie, élégance, dans une écriture à la fois fluide et littéraire sans oublier un zeste d’humour et d’insolence.
« Riquet à la houppe » d’Amélie Nothomb est publié chez Albin Michel.