Recherche
Bibliothèque
Se connecter
Regarder en plein écran
le mois dernier

Brandon, 11 ans et tatoueur de gros bras dans l’atelier de son père au Mexique

Le Parisien
Le Parisien
Élève à l’école primaire la journée, tatoueur le soir et les week-ends. C’est la double vie que mène Brandon Burgos, à seulement 11 ans. Le jeune garçon passe son temps libre fourré dans l’atelier de son père à Puebla au Mexique , où il a déjà réalisé une trentaine de tatouages . « J’ai commencé par tatouer mon père, un crâne, et c’était mon premier tatouage. J’étais très nerveux, je ne savais pas quel serait le résultat », se remémore-t-il. L’aiguille entre les mains, le garçon a le regard concentré et ses gestes sont précis et assurés lorsqu’il dessine à l’encre indélébile une tête de chat sur le bras d’un client. « Quand j’ai vu son travail, comment il délimitait, comment il ombrait, j’ai dit : vas-y, fais-m’en un, je veux savoir à quoi ressemble l’expérience », témoigne ce dernier avant de conclure : « j’aime son travail ».

Celui qui lui a tout appris, c’est son père, Jesus Burgos. « Depuis qu’il a presque 6 ans, j’ai vu qu’il aimait dessiner, puis, depuis que je me consacre au tatouage, il a commencé à s’impliquer », explique le Mexicain. C’est après le début de la pandémie que les choses sont devenues sérieuses et que le jeune homme a commencé à exercer concrètement son art . « Il m’a demandé de lui enseigner, j’ai dit : « Seulement à une condition, mon fils. » Et la condition, c’est qu’il ait de bonnes notes », prévient le père de famille.
Plus sur

Vidéos à découvrir

Vidéos à découvrir