Recherche
Bibliothèque
Se connecter
Regarder en plein écran
il y a 8 ans

"Cri d'alarme sur le financement des PME" par Jacques de Larosière

LA BOURSE ET LA VIE TV
Rencontres 2014 de Paris Europlace.

A cette occasion la Web Tv a interviewé des personnalités qui intervenaient lors de tables-rondes.

Jacques de Larosière, ancien banquier et ancien président du FMI a accepté mon invitation.

Web TV www.labourseetlavie.com : Jacques de Larosière, bonjour. Vous êtes le président d’Eurofi. On va parler avec vous notamment de votre table ronde puisque vous avez évoqué les prochaines priorités, alors l'Europe 2020, finalement ce n'est pas en très longtemps. On a senti au cours de la conférence finalement pas mal de blocages et on peut même se poser la question : est-ce que l'Europe finalement fonctionne ?

Jacques de Larosière Président de Eurofi : C'est une bonne question que vous me posez. J'ai pris ce matin un exemple que je vais un peu développer avec vous si vous le permettez, c'est celui du financement des petites et moyennes entreprises. Normalement, ce financement devrait se faire sans problème par l'intermédiaire du système bancaire parce que ce sont les banques qui sont en vis-à-vis avec les petites et moyennes entreprises. Elles n’accèdent pas directement aux marchés financiers comme peuvent le faire les très grandes maisons. Alors, ce que l'on constate, depuis maintenant plus de deux ans, c'est que le crédit aux entreprises est en train de se réduire sur le plan, je parle du plan européen, de l’euro zone. Il se réduit et il se réduit d'une manière assez dramatique parce que les chiffres globaux sont de l'ordre de -2,5 à -3 % par an, et c'est le stock de crédit aux entreprises. Alors c'est évidemment une contraction du crédit tout à fait significative qui est en train de nourrir la faiblesse de la demande en Europe et la faiblesse de la croissance économique qui est très, très fragile et balbutiante. Alors la question que l'on peut se poser, c'est pourquoi les banques se retirent-elles du marché du prêt aux entreprises ? Alors, il y a beaucoup de raisons. Il y a le fait que la demande globale étant plutôt faible, il y a moins de demandes de nouveaux crédits de la part des entreprises. Il y a le fait aussi que beaucoup d'entreprises ont été abîmées par la crise et que la qualité de leur bilan est telle que les banques se posent des questions avant de renouveler des crédits qui peuvent déjà être classés comme des crédits douteux. Tout cela, ce sont des raisons qui sont objectives et qui expliquent en partie le phénomène.

Interview complète à voir sur la Web Tv http://www.labourseetlavie.com.

Vidéos à découvrir

Vidéos à découvrir