Au bonheur des livres - Du Ritz au débarquement : drôle de guerre

  • le mois dernier
La guerre n’est jamais finie, semble-t-il : en tout cas, elle continue à nous hanter à travers de bons livres, et parfois même des best-sellers.

L’illustration en est donnée sur le plateau de « Au bonheur des livres » cette semaine, où Guillaume Durand reçoit deux écrivains-journalistes remarquables : Annick Cojean, grande plume du Monde qui publie « Nous y étions » (Ed. Grasset), où elle a recueilli 18 témoignages de participants au débarquement de Juin 1944 en France, et Philippe Collin, figure emblématique de France Inter, qui bat des records de vente en librairie avec son premier roman historique, « Le barman du Ritz » (Ed. Albin Michel), véritable « page-turner » restituant l’itinéraire du barman juif du célèbre établissement de la place Vendôme pendant l’occupation.

On s’en rendra compte en écoutant ces deux invités passionnants : la vérité historique dépasse souvent la fiction romanesque, surtout quand elle est présentée par des conteurs d’une telle qualité… Et on rêverait d’avoir eu des professeurs d’histoire qui sachent être comme eux des « passeurs » nous faisant revivre les ambiguïtés de l’occupation à travers le microcosme du bar du Ritz, ou le souffle partagé de ce moment crucial que fut le D-Day (dont on vient de commémorer les 80 ans) à travers les voix de quelques acteurs du débarquement en Normandie.

On peut compter sur Guillaume Durand, lui-même particulièrement sensible aux enjeux de l’Histoire, pour nous faire participer à une réflexion spécialement stimulante sur les enseignements des conflits du passé, à commencer par la Seconde guerre mondiale, qui continuent d’éclairer notre présent. Ainsi, le « bonheur des livres » est-il aussi de nous (ré)apprendre, sans ennui, les leçons de la mémoire.

Recommandée