02/15 Pour une histoire franco-algérienne 0102

il y a 11 ans
Retour sur le colloque
POUR UNE HISTOIRE FRANCO-ALGÉRIENNE
En finir avec les pressions officielles et les lobbies de mémoire

avec
Frédéric ABECASSIS, historien ; Tahar KHALFOUNE, juriste ; Gilbert MEYNIER, historien ; Daniel Rivet, historien

« C'est en 2006 que nous avons organisé à l'ENS de Lyon ce colloque qu'on avait appelé « Pour une histoire franco-algérienne, au-delà des pressions officielles et des lobbies de mémoire. » C'est un colloque qui était d'abord une réaction à la loi du 23 février 2005, et notamment à l'article 4 de cette loi qui faisait en quelque sorte injonction aux enseignants d'enseigner les aspects positifs de la présence française outre-mer. En tout cas cela a été entendu comme l'idée d'enseigner les aspects positifs de la colonisation. Cet article 4 a commencé à susciter une série de pétitions comme le monde académique en a un petit peu l'habitude. Et puis très vite, l'idée qu'il ne fallait peut-être pas en rester là et qu'il fallait passer à une démarche plus positive. Et ce colloque a d'emblée été conçu comme une défense et illustration du métier d'historien. L'enjeu, c'était de pouvoir écrire ensemble une histoire lisible par tous et enseignable à tous. Et la mobilisation a été très forte du côté d'un certain nombre d'associations qui ont accompagné la préparation de ce colloque. Ce colloque s'est voulu totalement en phase avec une demande sociale. »
Frédéric ABÉCASSIS

« Je voulais aussi dire deux mots des finalités de ce colloque et de ce livre. Il s'est voulu une amorce de ce que j'espère et de ce que j'appelle de mes vœux, et qui pourrait être, à la suite de concertations et de réunions entre enseignants, étudiants, chercheurs et chercheuses français et algériens, un manuel d'histoire, non pas commun, parce qu'on ne peut pas être d'accord sur tout en histoire, mais qui soit quelque chose de concerté entre les différents partenaires, avec l'adjonction bien entendu d'autres historiens, bref, du monde entier, mais en focalisant quand même les choses sur l'histoire franco-algérienne. Donc c'est vers cette espèce de manuel, entre guillemets, ou ces manuels, du type des deux manuels qui ont été faits par les Français et les Allemands, respectivement en 2006 et en 2008, que moi je voudrais maintenant m'orienter. Et ce sont des jeunes parce que ce ne sont pas des vieux comme moi qui vont s'y mettre. »
Gilbert MEYNIER

Lyon, le 3 avril 2012
Mairie du 3ème arrondissement
Un événement FORSEM (Forum de Solidarité Euro Méditerranéenne)

Recommandée