Recherche
Bibliothèque
Se connecter
Regarder en plein écran
il y a 7 ans|677 vues

Île de Pâques - L'empreinte des Incas

Daude
Île de Pâques - L'empreinte des Incas
Selon une thèse récente de Jean Hervé Daude (Sociologue et chercheur), la nature particulière de la culture Rapanui, qui diffère en grande partie du reste de la Polynésie, s’expliquerait par son contact avec une autre culture : celle des Incas. Pour Daude, la thèse d'une influence sud-américaine sur l'Île de Pâques aurait été rejeté à tort, sur la base de préjugés concernant la capacité de navigation des Sud-Américains. La tradition orale suggère la présence de deux populations distinctes sur l'île: celle qualifiée de Petites oreilles ou hommes minces et celle qualifiée de Longues oreilles ou hommes trapus. Le premier groupe est d'origine polynésienne et le second serait d'origine inca. Cette présence Inca résulterait de la visite de l'Inca Tupac Yupanqui vers l'an 1465 au cours d'une expédition navale expansionniste. Une partie de sa garde d'élite, appelés Orejones, seraient restée sur l’Île. Ceux-ci avaient de longues oreilles distendues par des pendentifs et portaient des turbans sur la tête. Ils étaient trapus car c’est une caractéristiques des Andins d’avoir une cage thoracique particulièrement développée à cause de la respiration en altitude. La tradition orale réfère également à la compétence des Longues oreilles pour les travaux de constructions en pierre. Bien que l'influence des Incas est encore visible dans les vestiges des grandes pierres de taille comme à l’ahu Vinapu et dans certains éléments de la statuaire en bois, il est maintenant à peine observable dans la population elle-même. Les Incas, qui sont arrivés sans femme, aurait intégré le groupe polynésien, ce qui aurait ainsi fait disparaître la presque totalité de leurs caractéristiques génétiques. Selon la tradition orale, ces Longues oreilles auraient été finalement exterminés par Petites oreilles lors d’un conflit entre les deux populations.
Vidéos à découvrir