Voulez-vous effacer les recherches récentes ?

Toutes les recherches récentes seront supprimées

Regarder en plein écran

Mayak - Halflife, 2001

kna60
il y a 7 ans|284 vues
Qui sait de quoi il est question en lisant le nom de Mayak ?

C'est tout simplement le plus grand complexe nucléaire au monde, au Sud des monts Oural en Russie. Commandité par Staline dès 1945, son but premier était de produire dès 1948 le plutonium des bombes nucléaires russes, dont la première détonnera en Août 1949. Bien que les 5 réacteurs affectés à cette production aient été stoppés en 1991, Mayak reste le plus grand centre nucléaire de Russie.

Entre 1948 & 1956, des déchets nucléaires ont été déversés directement et régulièrement dans la rivière Techa et dans les lacs de Sibérie Occidentale, créant des poches de radioactivité souterraines qui risquent de polluer tout le réseau hydrographique environnant.
En 1957, un réservoir de stockage de déchets explose, projetant dans l'atmosphère et à travers le pays la moitié de la radioactivité que libérera Tchernobyl en 86.
Seuls quelques villages sont évacués, la majorité des habitants est maintenue dans l'ignorance pendant des décennies, causant des centaines de milliers de morts par maladie et cancers, et d'enfants naissants lourdement handicapés.
On estime que plus d'1,5 millions de gens dans le pays ont été affectés par la radioactivité.

Au lieu de démanteler et décontaminer le site, la Russie à décidé d'y poursuivre plusieurs activités dont le retraitement de combustible nucléaire usagé d'où est toujours extrait le plutonium, la fabrication de MOX, la vitrification de déchets liquides.
En 2001, la Duma annule l'interdiction d'importer des déchets nucléaires depuis l'étranger, visant un marché de retraitement de 20.000 tonnes de déchets en échange de 20 milliards de dollars US.

Archives Greenpeace dédiées à Mayak :
http://archive.greenpeace.org/mayak/

Vidéo originale de greenpeacerussia sous-titrée en Anglais :
http://youtu.be/2pwwb8rTZgI

Traduction, montage & sous-titrage Fr par mes soins,
avec un grand merci à Natalia, qui a vérifié et au besoin corrigé les sous-titres Anglais d'après les dialogues originaux en Russe.