Au Niger, la fuite en avant des putschistes, dix jours après le coup d’Etat

  • l’année dernière
Dix jours après la destitution du président, Mohamed Bazoum, la situation diplomatique du Niger semble dans l’impasse. Révocation des accords militaires avec la France, provocations envers la Cedeao, limogeage de certains ambassadeurs nigériens… La junte militaire rompt avec ses partenaires d’hier. Séquestré dans sa résidence, le président déchu, Mohamed Bazoum, craint désormais la chute de la région sahélienne « vers l’influence russe ».

Recommandée