Advertising Console

    Wikileaks : anciennes et nouvelles lignes j@unes

    Reposter
    Guy Birenbaum

    par Guy Birenbaum

    172
    7 071 vues
    www.arretsurimages.net

    "Allo, c'est Julian Assange" : quand l'équipe du site Owni a reçu cet appel, ils n'en ont pas cru leurs oreilles. En quelques années, Assange, fondateur et âme de Wikileaks, l'homme qui fait trembler le Pentagone, est devenu un mythe mondial. Mais oui, c'était vraiment Assange au téléphone. Préparant sa méga-divulgation de 400 000 documents sur l'Irak, Wikileaks souhaitait utiliser un logiciel conçu par le site. La suite, c'est Pierre Romera et Olivier Tesquet, d'Owni, qui la racontent sur notre plateau : le voyage express à Londres, la rencontre avec Assange, nimbée de mystère (les deux délégués d'OWNI ne savent même pas que la fuite va porter sur l'Irak), la hâte pour que le logiciel soit prêt à temps.

    Wikileaks bouscule le Pentagone, et ce n'est pas près de s'arrêter. Mais quand une organisation parvient, en quelques années, à un tel niveau d'influence, elle devient la cible de toutes les tentatives de déstabilisation et de manipulation, de toutes les médisances, et...de toutes les curiosités. Ces curiosités sont-elles légitimes ou non ? Nous le montrons sur le plateau : Assange n'apprécie pas d'être interrogé sur les dissidences au sein du site, et sur ses ennuis judiciaires personnels. Comme beaucoup d'entre nous sans doute, le plateau est partagé entre l'enthousiasme de voir surgir un nouvel acteur de l'information, delivré des connivences et des autocensures, et la peur de voir ce nouvel outil hyper-puissant utilisé dans l'opacité. Le débat entre David Dufresne, journaliste et réalisateur multimédia,et Jean-Dominique Merchet, spécialiste défense à Libération jusqu'il y a peu, illustre bien cette ambivalence.

    L'émission est proposée par Daniel Schneidermann, animée par Guy Birenbaum, préparée par Dan Israel et Laure Daussy, et déco-réalisée par François Rose

    www.arretsurimages.net