We use cookies to offer an improved online experience and offer you content and services adapted to your interests.
By using Dailymotion, you are giving your consent to our cookies.
Meet the Man Who Changed Video Games Watch the videos
tarab
Brussels, Belgium
0 playlists
26,330 views
La chorégraphe et danseuse Béatrice Grognard occupe une place particulière dans le paysage cosmopolite et international des danses d'Egypte.

En 1998, elle fonde "Tarab", une compagnie et une école de danses théâtrales d’Egypte.

Partageant son temps entre l’Europe, Le Caire et Bruxelles où elle transmet l'esprit et la technique des danses féminines d'Egypte, elle oeuvre pour construire une réflexion et une esthétique différentes sur des danses qui, le plus souvent, sont appréhendées sous un angle "orientaliste" et n'ont pas pour objet la transmission des traditions ancestrales dans un élan moderne.

Son premier métier d'archéologue et d'historienne de l'art, sa passion pour les cultures anciennes fondatrices de nos civilisations et son désir indéfectible de porter les danses d'Egypte dans une sphère nouvelle, audacieuse et contemporaine, constituent les motivations qui rythment son cheminement de recherche et de création.

Par un long travail de collaboration avec d’exceptionnels ensembles musicaux égyptiens classiques de l’Opéra du Caire, sha’abi et sufi dont les troupes mondialement renommées, « Les Musiciens du Nil » et « l’Ensemble Al-Tûni », Béatrice élabore un langage artistique nouveau traduisant subtilement la musique mais demeurant fidèle aux racines traditionnelles.
Elle a monté plusieurs spectacles : "Fulgurances" (2011), "Songe d'une nuit d'Egypte" (2010), « Al Wegdann » (2008), « Mousaferoun » (2002, et dans une version revisitée, 2006 et 2007), « Zaman el fan el gamil » (2005 et 2006), « Nesmet Hob » (2001)et «Tarab» (1998).

Que ce soit sur scène ou dans l’enseignement, la démarche de Béatrice est comparable à celle entreprise autour du flamenco : comment faire revivre un univers de danse oublié et dénaturé, comment préserver la quintessence des danses d’Egypte tout en leur apportant une modernité riche et rafraîchissante ?