stillMUZIK

L’industrie musicale traverse une crise sans précédent. Internet, et plus précisément le téléchargement, sont mis à l’index par des majors dépassées par l’évolution de l’économie du disque. Les consommateurs eux-mêmes sonnent la rébellion. Près de trois-quarts d’entre eux estiment que la rémunération des artistes est insuffisante et 92 % que celle des producteurs est trop élevée. Les deux tiers sont prêts à acheter davantage en ligne si les artistes devaient être mieux rémunérés[1]. Sur un prix de 99 centimes, les maisons de disques touchent 85 à 90 centimes, l’auteur compositeur 7 centimes, et l’interprète 4 centimes. Partant de ce constat, nous avons pensé à une nouvelle forme de e-label: stillmuzik est né. <br />