nadine de hair

Rencontrer la baronne Nadine de Hair, icône du savoir-vivre, relève du jeu de piste. Vous la croyez séjournant au sud du Botswana occupée par sa fondation pour les enfants touchés par les mines anti-personnelle : « la tête sans les jambes », alors qu’elle préside à Moscou un gala de charité en faveur de la réinsertion des anciens communistes lors de la soirée « qui vivra vodka », c’est finalement à Genève qu’elle vous donne rendez-vous dans son chenil pension « le crépuscule doré » où elle recueille de vieilles personnes abandonnées par leurs animaux de compagnie. <br /><br />Bonjour madame la baronne de Hair et merci de nous recevoir dans notre intimité, de me laisser pénétrer votre mystère. <br />(Elle rit) <br /><br />Merci à vous jeune homme, tant d’hommes s’y sont essayés avant vous sans jamais y parvenir… Mais ne m’appelez pas madame la baronne, moi aussi je suis une femme comme les autres, j’ai un prénom : Nadine. (Elle rougit). <br /><br />Une femme comme les autres certes, mais qui ne mâche pas ces mots ; c’est certainement cela qui a forgé votre incroyable destin, qui pour le coup, vous différencie de la gente féminine, racontez-vous un peu… <br /><br />Que dire sans trop lever le voile… ( suite dans le blog)