Gérard Théobald Inversalis

71.3K views
0 playlists
0 reposts

Le film
En la matière, en particulier, par documentaire, je montre comment les personnes héritières des cultures de la traite, de l’esclavage, de la colonisation et du prolétariat se sont appropriées les espaces sociaux, politiques et culturels. Le constat est récurrent, ces personnes sont créatives, inventives et sont impliquées dans leur quotidien dans la société, notamment par le travail, leurs enfants s’inscrivent dans la politique sous sa forme la plus brute, la revendication, et parfois accèdent à des élections.

La photo
La photographique installe le temps et le fige. Elle s’imprime de comportements, de détails, de situations que l’empressement du quotidien ne permet plus de voir. Chacun traverse des mondes, entend des paroles, coupe des mouvements sans prêter une attention à l’autre. La complexité de la cité se réduit au défilé, parfois au passage, à la consommation et au dortoir. Cependant, la cité reste une complexité prolétarienne et j’aime en montrer les différentes facettes.

L’écrit
Filmer est une manière d’écrire, photographier est une façon de dire, mon écriture est basée sur l’image. La photo comme le film racontent des histoires, l’écriture permet de dépasser les cadre de l’image, elle m’autorise la décomposition ainsi que la composition, je me confronte à la violence du silence, à la banalisation du propos, à la destruction du préjugé, à l’imperfection du monde. Ecrire, me concernant, c’est participer à la construction de la société, c’est établir de l’égalité, c’est partager sa liberté et c’est installer l’altérité, parfois la fraternité.

Moi
Je suis un homme d’origine, un intrus, une personne qui par sa mémoire, par son corps renvoie aux préceptes amers du classement du genre humain, de la domination et de la violence. Mon travail est un refus permanent d’inscrire et d’installer l’Autre dans une catégorie, voire dans une case et de l’enfermer…

Playlists (0)

This channel hasn't created any playlists yet.