Voulez-vous effacer les recherches récentes ?

Toutes les recherches récentes seront supprimées

Regarder en plein écran

Les Atlantes VII - Dendera, à l’aube de l’astronomie

rikiai
il y a 6 ans|1.6K vues
Retour sur les fouilles archéologiques de Jiroft, en Iran, qui ont mis en évidence l’existence d’un royaume inconnu vieux de 5 000 ans, aux vestiges d’une exceptionnelle richesse.

En 2001, dans une vallée enclavée du sud-est de l’Iran, près de la ville de Jiroft, la crue puis le retrait de la rivière Halil Roud font affleurer à la surface du sol de somptueux vases sculptés dans une pierre sombre, la chlorite. Un pillage massif met bientôt le site en danger, poussant les autorités à le boucler et à ouvrir des fouilles sous la direction de Youssef Madjidzadeh, un spécialiste de la Mésopotamie. Dans les vestiges mis au jour, celui-ci reconnaît un style décoratif déjà rencontré, aussi bien en Mésopotamie que dans la vallée de l’Indus, mais jamais identifié. Dès la première campagne, les archéologues sont persuadés qu’une civilisation urbaine organisée a prospéré dans cette vallée longue de 400 km, à l’aube du troisième millénaire avant J.-C. Car des constructions monumentales semblent attester d’une organisation étatique. Youssef Madjidzadeh veut même y voir le mythique royaume d’Aratta, mentionné par quatre légendes sumériennes.

La naissance d’une civilisation

De 2002 à 2005, Olivier Julien a suivi trois campagnes de fouilles successives aux côtés du professeur Madjidzadeh, par ailleurs conseiller scientifique du film. Des premiers repérages à la découverte, in extremis, d’une tablette de brique portant peut-être les signes d’une écriture archaïque, on assiste à l’émergence d’une société arrachée à l’oubli. Les archéologues étudient les traces d’un artisanat raffiné, d’un commerce qui rayonna dans toute la région, d’une agriculture développée. Il faudra encore des dizaines d’années de fouilles pour que cette "petite Mésopotamie" révèle tous ses secrets, soulignent-ils. Mais, d’ores et déjà, le film permet de partager leur émerveillement à pouvoir investiguer cette "énorme pièce manquante dans le puzzle des origines de nos civilisations".