Voulez-vous effacer les recherches récentes ?

Toutes les recherches récentes seront supprimées

C dans l'air - Quand Ségo attend Sarko

il y a 12 ans1.6K views

Alors que Ségolène Royal a été largement investie par les militants PS, le 16 novembre 2006, pour les représenter à l'élection présidentielle de 2007, l'UMP se débat dans ses divisions. Beaucoup insistent sur la nécessaire union pour contrer la socialiste et prônent pour l'accélération du processus de désignation d'un candidat à droite.

Ségolène Royal : gérer le plébiscite des militants

L'enjeu pour le PS va désormais être de concilier la campagne personnelle de la candidate et le projet socialiste. Insistant sur la "synergie" à mettre en œuvre, François Hollande fait l'éloge du sens "collectif". "Si elle ne veut pas, à juste raison, être prise en charge... alors oui, il ne faut pas qu'elle le soit. En même temps, il y a cette force collective qui est la nôtre..."

Si Ségolène Royal affirme ouvertement qu'elle "n'entend rien négocier avec personne", son équipe est consciente qu'il va falloir mettre de l'ordre dans son organisation. "Mais elle ne travaillera qu'avec les gens en qui elle a confiance", prévient un proche.

UMP : accélérer le calendrier de campagne ?

Quelques jours après le conseil national de l'UMP, Dominique de Villepin estimait, le 19 novembre 2006, sur France 5, que "rien n'est joué". Faisant allusion au congrès qui désignera le candidat de la majorité actuelle, le 14 janvier 2007, le Premier ministre souligne que "nous ne sommes pas au bout du débat politique en ce qui concerne l'éventuel candidat de notre famille politique".

Affirmant qu'elle ne se prononcera sur son éventuelle candidature que début 2007, Michèle Alliot-Marie "revendique" pour sa part sa "liberté de parole et d'action. Personne ne me fera taire".

"Tout est ouvert" à l'UMP jusqu'à la désignation du candidat", selon Alain Juppé, "même s'il est évident que certains ont déjà une très grande longueur d'avance". Quant à l'entourage de Jacques Chirac, il laisse planer l'incertitude sur les intentions du président, qui aura 74 ans dans quelques jours.

Après l'élection triomphale de Ségolène Royal à l'investiture, certains sarkozystes ne cachent pas leur inquiétude, mais Nicolas Sarkozy est déjà "sorti vainqueur" de la "primaire" organisée "depuis 2002" au sein de l'UMP, se rassurent ses proches.

Signaler cette vidéo

Quel est le problème ?

Intégrer la vidéo

C dans l'air - Quand Ségo attend Sarko
Lecture auto
<iframe frameborder="0" width="480" height="270" src="https://www.dailymotion.com/embed/video/xocxg" allowfullscreen allow="autoplay"></iframe>
Intégrer la vidéo à votre site avec le code d'intégration ci-dessus

Signaler cette vidéo

Quel est le problème ?

Intégrer la vidéo

C dans l'air - Quand Ségo attend Sarko
Lecture auto
<iframe frameborder="0" width="480" height="270" src="https://www.dailymotion.com/embed/video/xocxg" allowfullscreen allow="autoplay"></iframe>
Intégrer la vidéo à votre site avec le code d'intégration ci-dessus