Voulez-vous effacer les recherches récentes ?

Toutes les recherches récentes seront supprimées

Regarder en plein écran

Non à la Centrale gaz à Guipavas 2/3

Squapad
il y a 9 ans|489 vues
Historique du combat gagnant à Ploufragan, ce que nous dit André Ollivro d'un projet de 70 MW à l'origine, puis 120 MW, puis lors de l'appel d'offre le projet est augmenté à 220 MW...(ouf lui abandonné, JY Le Drian boulé) , un combat gagné surtout grâce à la mobilisation issue de la pédagogie du CURC 22...

2 ans passe ! Une conférence théatrale et ...

Tout à coup un projet de 450 MW ! Au prochain rejet il est probable qu'ils tenteront le double 900 MW, et pourquoi pas une centrale nucléaire en Bretagne !

Le plus de « concurrence » pour le plus de jus !

La fuite en avant, la sortie de salle de conférence, le parfais scénario d’un simulacre de démocratie, car ces messieurs font ce que l'ultra-libéralisme impose.

Ce que André Ollivero du CURC 22, nous explique également, et qu’il suffit de relire la nouvelle loi NOME, en autres tripatouillages juridico-économiques, et qui officialise par exemple de l’abandon des tarifs jaunes et autres règles de facturation de l’énergie(tarifs EJP), de ce qui avait démontré et favorisait les initiatives locales à réduire les consommations, des évolutions notables prisent par leurs seules et propres responsabilités de citoyens consommateurs. Un exemple qui n’est pas unique dans cette nouvelle loi, de ces obligations légales, certes, mais loin d’être toujours et forcément légitimes. Des directives juridico-économiques très idéologiques, le dogme de la sacro-sainte concurrence !

Alors qu’il est simple de déduire que dans ce domaine stratégique ; plus il y aura de concurrents, plus les fournisseurs commerçants seront sur les rangs, inévitablement plus le flux d’énergie sera conséquent, de la croissance à l’infini, le maitre mot gravé dans le marbre de l'idéologie du moment, de celle qui a généré la crise financière de 2008, faut il encore le rappeler !

Le navire néolibéral qui est prêt à couler, et pourtant c’est toujours la même capitainerie qui est encore à la barre !