À Rafah, le désespoir des réfugiés palestiniens avant l’offensive israélienne

  • il y a 2 mois
GAZA - « Honnêtement, on ne sait plus où aller. » Lundi 6 mai, Israël a lancé une opération visant à faire évacuer des dizaines de milliers de familles palestiniennes de l’est de la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. L’armée vient d’y débuter une offensive d’ampleur dans sa guerre contre le Hamas.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, annonce depuis des semaines une offensive prochaine sur cette zone, indispensable selon lui pour anéantir les derniers bataillons du mouvement islamiste dans le territoire palestinien. Une opération qui pourrait tourner au « bain de sang » pour les civils de cette zone densément peuplée, craint l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, des Gazaouis interrogés lundi sur place, juste avant le début de l’opération israélienne, crient leur désespoir face à ce nouvel ordre d’évacuation « temporaire », qui concerne environ 100 000 personnes résidant dans l’est de la ville. Ces derniers doivent rejoindre une « zone humanitaire » plus à l’ouest.

Après des mois d’errance, pour plusieurs depuis le nord de la bande de Gaza, c’est la consternation parmi les réfugiés. « Où iront ces civils ? Dans la mer ? », s’interroge Abu Ahmed, un Palestinien dans un camp de réfugiés à Rafah.

Recommandée