Recherche
Bibliothèque
Se connecter
Regarder en plein écran
le mois dernier

Au delà des violences, Eric Zemmour a fait hier de nombreuses propositions en particulier sur l'immigration : Le résumé en 75 secondes

Jeanmarcmorandini.com
Jeanmarcmorandini.com
Se présentant comme le "petit grain de sable" de la "machine" présidentielle, Eric Zemmour s'est adressé à ceux qui ont "bravé le politiquement correct, les menaces de l’extrême gauche, la haine des médias". "Impossible n'est pas français", a répété le candidat avec une expression attribuée à Napoléon devenue son slogan de campagne, devant ses militants qui scandaient "Zemmour président" ou "on est chez nous".

Avec comme logo un rameau d'olivier - le sens du nom Zemmour en berbère -, son nouveau parti a été baptisé "Reconquête!", un nom qui peut évoquer la "reconquista" chrétienne espagnole au Moyen Âge. L'adhésion a été fixée à 30 euros.

Manifestation contre le candidat d'extrême droite à la présidentielle Eric Zemmour, le 5 décembre 2021 à Paris

Eric Zemmour a fustigé "le mondialisme", "le vivre-ensemble" et "l'immigration de masse". Mais a contesté être "fasciste", se disant "le seul à défendre la liberté de penser", ou "misogyne", en rendant hommage à sa mère qui lui a "transmis un amour immodéré de la France".

Même récusation d'être "raciste" alors qu'il veut "défendre un héritage". Le candidat a salué le "courage" de ses troupes alors que "la meute est désormais lancée à (s)es trousses". "Mes adversaires veulent ma mort politique, les journalistes veulent ma mort sociale, et les djihadistes veulent ma mort tout court".

Il s'est dit "prêt à prendre les manettes" du pays pour répondre à deux "craintes" qui "hantent les Français", "celle du grand déclassement (…) et celle du grand remplacement avec l'islamisation de la France et l'immigration de masse". Il a promis une "immigration zéro" et la "réindustrialisation" de la France.

Vidéos à découvrir

Vidéos à découvrir