Voulez-vous effacer les recherches récentes ?

Toutes les recherches récentes seront supprimées

Regarder en plein écran

Lille. Après l’évacuation d’un squat de migrants, des associations interpellent le préfet

KANGAI NEWS
KANGAI NEWS
le mois dernier|6 vues
180 personnes ont été expulsées d’un squat à Lille dans la matinée du mardi 4 juin. Opposés à cette décision qui laisse les migrants sans solution de logement, associations, partis politiques et syndicats ont sommé le préfet de s’expliquer publiquement ce vendredi.

Après l’évacuation d’un squat à Lille, où vivaient quelque 180 migrants, des associations, partis politiques et syndicats ont sommé vendredi le préfet de s’expliquer publiquement après qu’une décision de justice a accordé un délai de trois ans aux migrants pour évacuer les lieux, deux jours après cette évacuation.

« C’est au préfet Michel Lalande de s’expliquer publiquement sur son choix d’expulser par la force 48 heures avant la décision de justice qui était attendue », peut-on lire dans un communiqué signé notamment par Attac, la Cimade, EELV ou encore la FSU.

Quelque 180 personnes ont été expulsées mardi matin de ce bâtiment, baptisé ironiquement « squat 5 étoiles » et situé dans des locaux désaffectés appartenant à un bailleur social, Partenord Habitat, où certains vivaient depuis 2017.

Les migrants avaient ainsi été emmenés dans différents CRA (centre de rétention administratifs), CADA (centre d’accueil de demandeurs d’asile) ou CAO (centre d’accueil et d’orientation).

Vidéos à découvrir