Voulez-vous effacer les recherches récentes ?

Toutes les recherches récentes seront supprimées

Regarder en plein écran

Loi Blanquer. Une députée LREM dénonce la présence de tracts syndicaux dans les cahiers de liaison

KANGAI NEWS
KANGAI NEWS
il y a 3 mois|3 vues
Olga Givernet, députée LREM de l’Ain, est montée au créneau après avoir découvert la présence de tracts hostiles au projet de réforme de l’Éducation nationale dans les cahiers de liaison de plusieurs élèves, dont ses filles.

Elle tire la sonnette d’alarme ce mercredi matin sur France info. Olga Givernet, députée LREM de l’Ain, a découvert ces derniers jours un mot hostile au projet de réforme de l’Éducation nationale glissé dans le cahier de liaison de chacune de ses deux filles, à l’école élémentaire.

Une feuille sans logo ni signature d’un syndicat mais qui annonce clairement la couleur selon les propos rapportés par l’élue, qui s’en était d’abord émue dans un communiqué repéré mardi par RTL : « Nous comptons sur votre soutien. Parents d’élèves et enseignants, nous devons ensemble défendre une école publique de qualité, pour la réussite des élèves. N’hésitez pas à venir nous rencontrer pour échanger et comprendre les conséquences de cette loi. »

Selon Olga Givernet, favorable à la réforme, ce genre de tract aurait été distribué dans plusieurs classes. « Quand j’ai pu échanger avec mes collègues députés, ils avaient également eu des tracts, peut-être un peu différents, mais qui avaient la même teneur d’opinions politiques », affirme-t-elle.

La députée s’en est émue auprès du ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer, qui porte la réforme. « Il a également pu me confirmer qu’un certain nombre de ces pratiques avaient été repérées par le ministère et qu’elles ne devaient normalement ne pas avoir lieu puisqu’il y a un devoir de neutralité de la part des fonctionnaires », raconte-t-elle sur France info.

RTL dit avoir identifié l’organisme à l’origine du document qui inquiète Olga Givernet. Il émanerait du Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC (SNUipp-FSU), premier dans le primaire. face au devoir de neutralité inscrit dans le code de l’Éducation, le SNUipp-FSU objecte que le tract n’est pas collé dans le carnet mais simplement glissé comme une feuille volante. Comme l’a repéré France Info, sur son site, le syndicat encourage d’ailleurs les professeurs à « diffuser massivement » ses « tracts modifiables », que ce soit « à la sortie de votre école ou dans les cahiers de liaison sous pli agrafé non collé ».

« Aujourd’hui, si nous avons besoin d’échanger avec les enseignants, nous pouvons trouver des moyens de discussion au travers de réunions », plaide Olga Givernet, qui compte en toucher deux mots à l’académie.

Vidéos à découvrir