Recherche
Bibliothèque
Se connecter
Regarder en plein écran
il y a 4 ans

Gérard Coudray

FFM BIKE 70
Interview Jean Claude Jacq.
Montage Francis Boutet.
BIKE 70 - FFM

C'est en course de côte que Gérard débute en compétition, les résultats étant très bons, Gérard décide alors de passer la vitesse supérieure et s'aligne également en Championnat de France de vitesse. C'est sur une 700 Yamaha qu'en 1978, il sera titré champion de France 750 en catégorie nationale. Cette année là il remporte également le titre de Champion de France de la montagne.

Ensuite, en 1979, c'est l'aventure SDVM en endurance sur la Honda préparée par Guy Coulon. Malheureusement Gérard se casse le fémur en début de saison, mais la termine par une très belle 3e place aux 24 H de Spa.

En 1980 et 81, les places d'honneurs s'accumulent : 3e aux 24H du Mans (80 et 81), 4e aux 1000 km de Zeltweg (80 et 81), 24 H de Spa (6e en 80 et 4e en 81).

1982, sera l'année charnière, là où tout bascule. Coté résultat tout d'abord Gérard termine 5e du Championnat du Monde d'Endurance et surtout Gérard est remarqué à Donington, (il terminera 2e de la course) par Kawasaki qui lui propose de piloter la Kawa Performance en 1983.

1983, le verra effectivement devenir pilote d'usine chez Kawasaki et il remportera deux courses sur cette machine (24H du Mans et 8H du Nurburgring). Pourtant cette année là Gérard croit avoir tout perdu à cause d'une terrible chute aux 8 H de Suzuka dont il sortira avec un fracture du bassin. Le moral est au plus bas quand il reçoit un appel de Jean Louis Guillou, alors grand patron de la compétition chez Honda France, qui lui propose un guidon sur l'une des machines du HRC.

1984 est l'année du premier titre de Champion du Monde d'Endurance. Au guidon de sa Honda d'usine il gagne : les 1000 km de Zeltweg, les 24 H de Spa, 8H du Nurburgring, les 6 H du Mugello et il termine 3e des 8 H de Suzuka. Il récidive en 1985 en gagnant à Monza, au Nurburgring et au Bol d'Or et en terminant 2 à Zeltweg et à Spa. Il aurait pu être titré une 3e fois en 1986, mais une chute lors des essais de la manche allemande le prive de ce titre que seul son coéquipier Igoa pourra obtenir.

Gérard décide alors d'arrêter la compétition sur 2 roues ... et de continuer sur 4 roues, après de bons résultats en rallye, faute de budget, Gérard tire un trait définitif sur la compétition en tant que pilote. Mais il ne daigne pas donner un coup de main à des team d'endurance de sa région, dont le Team Top Moto 61. On le voit également de temps en temps lors de courses d'anciennes comme le Bol d'Or Classic ou les Coupes Moto Légende.

Vidéos à découvrir

Vidéos à découvrir