Voulez-vous effacer les recherches récentes ?

Toutes les recherches récentes seront supprimées

Regarder en plein écran

Oise. Petite fille de trois ans violée : la mère et le beau-père mis en examen.

KANGAI NEWS
KANGAI NEWS
il y a 2 ans|94 vues
Oise. Petite fille de trois ans violée : la mère et le beau-père mis en examen.

Une enfant de trois ans est arrivée aux urgences lundi. Les médecins ont alors constaté qu’elle avait été battue et violée. La mère et le beau-père ont été mis en examen samedi. Ils nient les faits qui leur sont reprochés

Une information judiciaire a été ouverte pour viol sur une fillette de trois ans hospitalisée à Amiens pour des brûlures et sa mère et son beau-père ont été mis en examen vendredi pour violences, a-t-on appris samedi de source judiciaire.

Lundi, dans un petit village de l’Oise, le beau-père âgé de 28 ans d’une fillette « appelle les secours et invoque un accident domestique avec de l’eau trop chaude dans un bain après que la fillette a perdu connaissance », a expliqué le procureur de Senlis Jean-Baptiste Bladier.

La petite fille, dont le pronostic vital n’est pas engagé, était toujours hospitalisée samedi, selon la même source.

Le viol est avéré
« Lors de l’hospitalisation il a été constaté des brûlures et une quarantaine d’hématomes. L’hôpital a alors fait un signalement à l’autorité judiciaire », a-t-il ajouté. La Brigade de recherche (BR) de Méru (Oise) est chargée de l’enquête.

Vendredi, la mère et le beau-père, qui nient les faits qui leur sont reprochés, ont été mis en examen notamment « pour violences sur mineur de moins quinze ans par personne ayant autorité ». Le beau-père, qui a un casier judiciaire pour des délits routiers, a été écroué.

Une information judiciaire a également été ouverte pour des faits de viols.

« Sur des faits de viols, je pense que les faits sont matériellement avérés mais je n’ai pas suffisamment d’éléments pour savoir qui les a occasionnés », a dit le procureur. Sur ces faits, le juge d’instruction va enquêter et « ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de mise en examen qu’il n’y en aura pas ultérieurement », a expliqué Jean-Baptiste Bladier.

Vidéos à découvrir