Voulez-vous effacer les recherches récentes ?

Toutes les recherches récentes seront supprimées

Regarder en plein écran

Le discours inachevé du général Piquemal, juste avant son arrestation

J'suis pas content TV
J'suis pas content TV
il y a 3 ans|4.9K vues
Cinq personnes, dont le général Christian Piquemal, ancien patron de la Légion étrangère, passeront en comparution immédiate lundi 8 février au tribunal de Boulogne-sur-Mer, à la suite de leur interpellation samedi à Calais lors d’un rassemblement interdit par la préfecture.

Le général désigné comme ayant eu « le rôle principal » dans cette manifestation, sera poursuivi pour « participation à un attroupement qui ne s’est pas dissous après sommation ». « On sait bien que la manifestation a été interdite et que l’autorité de l’Etat a été défiée. Le général n’est pas venu à Calais pour faire de la figuration », a affirmé le procureur de Boulogne-sur-Mer, Jean-Pierre Valensi.

Voici le discours, inachevé, tenu par le général Piquemal quelques instants avant son arrestation. La scène a été filmée par un témoin de la scène :

Les quatre autres individus seront poursuivis pour « port illégal d’armes ». Contrôlés en amont de la manifestation, ils portaient sur eux des tasers, poings américains et cutters. « Ceux-là, même s’ils n’ont pas participé à la manifestation, puisqu’ils ont été contrôlés avant, ils étaient là pour en découdre », selon une source judiciaire.

Christian Piquemal, 75 ans, général quatre étoiles de l’armée française, n’est plus en service actif. Il a toutefois occupé de hautes fonctions : membre du cabinet militaire de trois premiers ministres socialistes, entre 1989 et 1992, commandant de la Légion étrangère entre 1994 et 1999 puis président de l’Union nationale des parachutistes. Le général, officier de la Légion d’honneur et commandeur de l’ordre national du Mérite, figurait au premier rang de la manifestation de samedi. Le rassemblement a donné lieu à des heurts avec les forces de l’ordre avant d’être dispersé avec des charges de gendarmes et des gaz lacrymogènes. Vingt personnes ont été interpellées.

Vidéos à découvrir