il y a 7 ans

Jérémy Damian

Natural Movement
Biographie : Docteur en sociologie, Université de Grenoble, EMC2-LSG

Jérémy Damian a soutenu sa thèse "Intériorités / Sensations / Consciences — Les expérimentations somatiques du

Contact Improvisation et du Body-Mind Centering" au printemps 2014.  Ses recherches portent sur la/les

conscience.s corporelle.s dans diverses pratiques somatiques et dans le champ de la thérapie manuelle. Membre du

collectif grenoblois CitéDanse, il organise des journées "Étirements // Penser - mouvoir" visant à inquiéter

l'évidence de la rencontre entre le mouvement et la pensée et à en expérimenter des versions possibles. Il pratique, en

amateur, le Contact Improvisation et la composition instantanée. 

« L’écologie des milieux somatiques. Politique de la ‘quatrième dimension’ »

À l’heure où nous devons tirer le bilan et gérer le lourd héritage d’une modernité qui aura affecté jusqu’à la

respirabilité de nos atmosphères (Sloterdijk), l’espace, qu’il soit commun ou naturel, fait l’objet d’un véritable souci

réclamant une attention, un soin particulier en même temps qu’une vive et radicale réaction. Cette communication

enquêtera sur les pratiques somatiques en tant qu’elles prennent à leur charge une part de ce souci et prendra la

pratique du BMC comme cadre privilégié d’investigation. Pour ce faire, je commencerai par interroger la manière

dont les pratiques somatiques sont articulées — ou s’articulent elles-mêmes — au concept d’empowerment. En

m’appuyant sur la double appropriation dont le concept a fait l’objet, l’un par celles qu’Isabelle Stengers nomme « les

sorcières néo-païennes » (Starhawk), l’autre par la tradition néolibéraliste, j’aimerais contraster deux usages de

l’empowerment : l’un qui rabat tout sur la mise au jour et au pas d’un individu responsabilisé (Hache), l’autre qui, au

contraire, le propose comme processus collectif d’instauration d’un commun (Stengers). La question sera donc celle-

ci : quelle serait, dans le contexte spécifique de la pratique du BMC, ce commun ? L’hypothèse que je défendrai est

que ce commun nait de l’instauration d’une portion d’espace, d’environnement au mode d’existence paradoxal à la

fois intérieur et publique – une « intériorité somatique » — et à la mise en série de ces « intériorités » composant ce qui,

faute de mieux, je nommerais « milieu » (Foucault). J’essaierai ainsi de décrire les opérations concrètes et

pragmatiques de déploiement de tels milieux en m’interrogeant sur les manières par lesquelles la pratique du BMC

construit, instaure ou déploie un environnement à l’écologie renouvelée et tenterai d’en tirer des perspectives

politiques : pluralisme, instauration…

Vidéos à découvrir

Vidéos à découvrir