Recherche
Bibliothèque
Se connecter
Regarder en plein écran
il y a 7 ans|259 vues

C dans l'air : bonnets rouges et rouges bonnets 13/11/13

Sgtpepper
Bonnets rouges et rouges bonnets

La grogne antifiscale gagne du terrain. Après de nouveaux heurts samedi en Bretagne, des radars et des portiques écotaxe ont été vandalisés dans plusieurs régions, tandis que commerçants et artisans se mobilisent ce mercredi pour dénoncer l'augmentation des charges et de la TVA, au 1er janvier 2014.

Mouvement contre la réforme des rythmes scolaires, grogne policière contre le budget, mobilisation des artisans et commerçants, s'affirmant « sacrifiés mais pas résignés » contre l'augmentation des charges et de la TVA, de 19,6 à 20 % au 1er janvier 2014, opérations escargots menées par des chauffeurs routiers à Paris, près de Marseille, de Lyon, mais aussi de Lille, avec en marge, des dégradations de portiques écotaxe. Et, en Bretagne où la fronde des Bonnets rouges ne faiblit pas, d’autres installations, comme des radars routiers détruits... Une fièvre contestataire semble gagner le pays.

Devant l’ampleur de la contestation, la majorité s’est efforcée mardi de faire bloc autour du gouvernement, confronté aux spéculations sur un éventuel remaniement et à l'impopularité grandissante d'un tandem exécutif dans la tourmente. Mais de nombreux élus mettent également en garde contre un risque d'implosion dans le sillage de la révolte bretonne.

Ainsi Jean-Vincent Placé, président du groupe Europe Ecologie-Les Verts (EELV) au Sénat, a estimé que la hausse de la TVA « va peut-être être la goutte de trop ». « Faisons-y attention », a-t-il prévenu au micro de Radio J. « Le risque, c'est de passer de la révolte à la révolution. Ce danger existe lorsqu'on a un gouvernement qui est autiste », a pour sa part affirmé la présidente du Front national, Marine Le Pen sur France Inter. Le président de l'UMP, Jean-François Copé, s'est lui aussi inquiété d' « un délitement de la société française à un point inégalé ». « Pour la première fois, on voit une rupture nationale sur le consentement à l'impôt », a-t-il fait valoir sur France 3, alors que les mouvements de contestation de l’impôt ne cessent de fleurir.

A en croire plusieurs sondages, les Français partagent également ce constat. Selon une enquête d'opinions Tilder-LCI-Opinionway, plus de sept sondés sur dix (72%) estiment que les mécontentements sociaux actuels vont déboucher sur un mouvement de grande ampleur. Et selon une autre étude CSA pour BFM, deux Français sur trois se disent prêts à descendre dans la rue contre de nouvelles hausses d'impôts.

Invités : Christophe Barbier - Claude Weill - Céline Bracq - Jean Viard