Recherche
Bibliothèque
Se connecter
Nous ne sélectionnons pas nous-mêmes les vidéos qui apparaissent sur nos pages Topics, elles sont automatiquement choisies par un algorithme. Si vous pensez qu'une vidéo n'appartient pas à un Topic, merci de nous la signaler.

Première dame

Regarder en plein écran
le mois dernier|12 vues

Carla Bruni : Quand la Première dame se fait rembarrer par un célèbre styliste

Pause Fun
Pause Fun
Carla Bruni : Quand la Première dame se fait rembarrer par un célèbre styliste
Avant de devenir chanteuse, avant d’épouser Nicolas Sarkozy, Carla Bruni était l’un des mannequins les plus courus des podiums de Haute couture. Égérie de Gianni Versace, copinant avec Linda, Naomi, Christy et les autres supermodels de l’époque, la maman de Giulia Sarkozy a traversé les années 90 entourée d’un aréopage de stars. De quoi nouer de sincères amitiés. L’ancien mannequin est d'ailleurs resté très proche de Farida Khelfa, ancienne figure des années Palace et protégée d’Azzedine Alaïa. Le célèbre couturier franco-tunisien a couvé les plus belles femmes des années 80. C’est notamment lui qui a permis à Naomi Campbell de grimper en haut des couvertures de magazine. La tigresse le surnomme d’ailleurs "mon papa". Mais le styliste pouvait également se révéler farceur et sans chichi.Vendredi 14 mai, Madame Figaro est revenue sur un drôle d’épisode mettant en scène le regretté couturier et celle qui est alors Première dame. Après avoir brillé, guitare en main, Carla Bruni a en effet jeté son dévolu sur le président de la République, fraîchement divorcé de sa femme Cécilia. La Franco-italienne vit désormais sous les dorures du palais de l’Élysée et le statut de l’ancienne compagne de Raphaël Enthoven a changé. Désormais Première dame, Carla Bruni peut satisfaire son goût des tenues de gala afin d’accompagner Nicolas Sarkozy lors de ses déplacements officiels. Alors la chanteuse fait tout bonnement appel à ses vieux amis pour se parer des plus belles étoffes. Si les plus grands couturiers acceptaient de lui envoyer leurs créations directement numéro 55 de la rue du Faubourg Saint-Honoré, Azzedine Alaïa a refusé, quant à lui, de lever le petit doigt, a-t-on découvert dans les pages de Madame Figaro, vendredi 14 mai. “Première dame ou pas, elle n’a qu’à se déplacer, je ne vais pas envoyer de coursier !”, aurait-il lancé, un brin perfide. T.C