Recherche
Bibliothèque
Se connecter
Nous ne sélectionnons pas nous-mêmes les vidéos qui apparaissent sur nos pages Topics, elles sont automatiquement choisies par un algorithme. Si vous pensez qu'une vidéo n'appartient pas à un Topic, merci de nous la signaler.

Grand cachalot

Regarder en plein écran
il y a 3 ans

Un cachalot découvert mort sur une plage avec 22 kg de plastique dans l’estomac.

KANGAI NEWS
KANGAI NEWS
Un cachalot découvert mort sur une plage avec 22 kg de plastique dans l’estomac.

Un cachalot s’est échoué sur une plage de Sardaigne (Italie) avec 22 kilogrammes d’objets en plastique dans l’estomac. La découverte de l’animal a fait réagir jusqu’aux sommets du gouvernement italien. Le ministre de l’Environnement a ainsi affirmé que « la guerre contre le plastique jetable a commencé » et prône l’interdiction rapide des ustensiles en plastique à usage unique.

Le cadavre d’un cachalot de huit mètres a récemment été découvert échoué sur une plage de Porto Cervo en Sardaigne (Italie). Les analyses pratiquées par des biologistes marins sur le corps de l’animal ont montré qu’il s’agissait d’une femelle enceinte dont le fœtus était mort, rapporte CNN lundi 1er avril.

Surtout, 22 kg de plastique ont été retrouvés dans l’estomac du cétacé. Des examens supplémentaires vont être menés afin de déterminer les conditions exactes de la mort du cachalot.

Sacs-poubelles, filets de pêche…
Luca Bittau, président du groupe SeaMe qui a procédé aux analyses scientifiques, explique qu’il a été retrouvé dans le corps de l’animal « des sacs-poubelle… Des filets de pêche, des bouts, des tubes, un sac de liquide de machine à laver encore identifiable, avec marque et code-barres… Et d’autres objets qui ne sont plus identifiables ». Des découvertes qui ont choqué et ravivé le débat sur le plastique à usage unique.

« Y a-t-il encore quelqu’un pour dire que ce ne sont pas des problèmes importants ? Pour moi, ça l’est, et c’est une priorité », a ainsi estimé dimanche 31 mars le ministre italien de l’Environnement Sergio Costa sur Facebook. « Ces dernières années nous avons profité du 'confort' des objets jetables sans nous poser de questions et maintenant nous en payons le prix. Ou plutôt les animaux, en premier lieu, en paient le prix ».