Advertising Console

    Ça Vous Regarde - Le débat : Mariage pour tous : sous le vote, les pavés ?

    Repost
    LCP

    par LCP

    2,6K
    1 219 vues

    Le calme sera peut-être de retour dans l’hémicycle à partir d’aujourd’hui. Dès 16h15, le texte sur le mariage pour tous sera définitivement adopté à l’Assemblée Nationale. Ce qui mettra alors un point final à une bataille parlementaire qui dure depuis presque deux mois. Les affrontements ont souvent été violents entre défenseurs et opposants au projet de loi. Notamment dans la nuit de jeudi à vendredi où une bagarre a failli se déclencher dans l’hémicycle : un groupe de députés UMP s’est précipité vers les bancs du gouvernement, visiblement excédés par les mimiques d’un collaborateur de la Ministre de la Justice, Christiane Taubira. « Cela fait trente ans que je siège dans cet hémicycle, je n’ai jamais vu cela », a vivement réagi Alain Vidalies. Le député PS du Nord, Bernard Roman, affirme même que « des coups de poing sont partis ».



    Si la bataille dans l’hémicycle touche à sa fin, elle se poursuit toujours dans la rue. Depuis le retour du texte à l’Assemblée, les partisans de la « Manif pour tous » se réunissent tous les soirs à 19h devant le Palais Bourbon. Et malgré le vote solennel, ils sont bien déterminés à poursuivre leur combat. Ils étaient entre 45 000 selon la police et 270 000 selon les manifestants, à défiler dimanche pour s’opposer au projet de loi. Une étape, mais pas la fin du mouvement, qui doit se prolonger les 5 et 26 mai prochain. « Nous ne lâcherons rien » , a indiqué la porte-parole de la Manif pour tous, Frigide Barjot, qui a même annoncé vouloir présenter des candidats de son mouvement aux prochaines municipales de 2014. Un mouvement qu’elle précise « apolitique » et étranger au climat d’homophobie ambiant.



    Pourquoi la mobilisation contre le mariage pour tous ne faiblit-elle pas, à quelques heures du vote du texte ? L’adoption du projet de loi fera-t-elle naitre de nouvelles formes de mobilisation ? Faut-il craindre d’autres signes de violence ?



    Arnaud Ardoin en débat avec ses invités  :



     Daniel Fasquelle, député UMP du Pas-de-Calais

     Thomas Thévenoud, député PS de Saône-et-Loire

     Thibaud Collin, philosophe

     Martine Gross, sociologue au CNRS et présidente d’honneur de l’APGL (Association des Parents Gays et Lesbiens)



    Pour cette cinquième saison, découvrez notre formule entièrement consacrée à l’actualité avec davantage d’interactivité…
    Commentez en direct votre rendez-vous quotidien sur les réseaux sociaux.