L'Invité Politique : Dominique Bertinotti "Le climat de défiance qui est incontestable va nous demander beaucoup d’efforts."

Public Sénat
1,3K
94 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
A 8h15 sur Public Sénat et Radio Classique,
Dominique Bertinotti, Ministre déléguée à la Famille
Invitée de Guillaume Durand et Gilles Leclerc.

Extraits

A propos des 3 mesures proposées par François Hollande pour l’exemplarité des ministres :

« Je ne sais pas si ce dispositif (proposé) est rassurant mais il est indispensable. [Il faut] des mesures qui puissent encadrer et assurer plus de transparence [concernant] le patrimoine des élus mais aussi [concernant] le fait de ne pas exercer de profession simultanément à un mandat parlementaire. Il y a des règles qui sont indispensables pour dire aux Français : « voilà ce qui est autorisé quand on a un mandat politique et voilà ce qui n’est pas autorisé ! »
Le climat de défiance qui est incontestable va nous demander beaucoup d’efforts. [Il faut] redonner l’idée que la politique sert à quelque chose.
(…)
Ce n’est pas l’autorité du Président qui est remis en cause. (…) En matière d’exemplarité, nous avons tous intérêt, aussi bien à droite comme à gauche, à encadrer encore mieux la fonction même des politiques. C’est indispensable. »

A propos des critiques de l’opposition:

« Elle devrait faire attention car quand on est sur des questions d’éthique il faut être sûr de n’avoir rien à se reprocher soi-même. Je ne pense pas que la droite soit en capacité de nous donner des leçons en la matière. Dans cette affaire là, c’est l’ensemble de la classe politique qui est visée, [si] on cherche à se tirer des balles dans le pied les uns les autres, c’est désastreux [car] c’est le risque de la montée des populismes. »

A propos de la loi sur le mariage pour tous débattue au Sénat :

« D’ici la fin de la semaine le projet de loi devrait être examiné et voté par le Sénat.
(…) On assiste à une radicalisation [des manifestations contre le mariage pour tous]. (…) On peut être opposé à l’ouverture du mariage ou de l’adoption aux homosexuels, on peut défendre une certaine valeur de la famille qui n’est pas la nôtre mais qui est tout à fait compréhensible, en revanche, ce qui est inadmissible, c’est de penser que c’est par la violence, les insultes, les injures et les dégradations qu'on [va] faire progresser le débat. »

A propos de la réduction des allocations familiales pour les plus riches :

« Ce qui est sûr, c'est qu'il n’y aura pas de fiscalisation des allocations. Cela a été clairement dit. Mais la politique familiale va être ciblée en direction de ceux qui en ont le plus besoin. Pour les plus hauts revenus, il y aura une évolution vers une réduction des allocations familiales. (…) Le curseur [sur les plus hauts revenus] n’est pas encore défini. (…) La politique familiale a besoin d’être rééquilibrée. »

0 commentaire