Advertising Console

    GAGNAIRE, Paul - En mémoire d'une fleur.

    Reposter
    Gilles-Claude Thériault

    par Gilles-Claude Thériault

    41
    41 vues
    En mémoire d’une fleur

    Une fleur s’est posée sur les eaux de l'oubli,
    légère, elle tournoie, peu à peu s'affaiblit,
    puis déploie finement les pétales fanés
    d'un coeur qui s’appauvrit et se sait condamné.

    Un rayon lumineux qui la fait chatoyer
    et le noir du Léthé qui voudrait la noyer
    combattent pour sa vie effleurant la surface,
    mais un mort la contemple, une main la ramasse.

    Dans le vent qui la pleure, elle chante, elle ondoie,
    elle a l'air si fragile au travers de ses doigts
    qui la couvrent tremblants d’un linceul décharné.

    Il croira effacer en buvant son eau verte
    les lointains souvenirs qui ont marqué sa perte,
    mais la fleur à jamais lui sera enchaînée.

    GAGNAIRE, Paul (1990 – 2011), La nuit, ce long regard qui fuit déjà vers l’aube, Poésie,
    Editions Thierry Sajat, Les plaies, p.11.

    Illustration : mendocino54
    photos de mlhradio (Matthew High)
    http://www.flickr.com/photos/matthigh/2111403128/
    Sous licence CC BY-NC 2.0