Advertising Console

    La mort solitaire de Hattie Carrol (Hugues Aufray) Reprise

    Repost
    Christian CARLES

    par Christian CARLES

    18
    230 vues
    Chanson évoquant la ségrégation raciale qui sévissait encore dans les années soixante aux U.S.A ; l'originale est de Bob Dylan.
    Hugues Aufray la chante avec beaucoup plus de colère, mais pour moi, ici, c'est la force des mots et de l'histoire même qui compte... Et j'en ai fait plutôt une complainte, exprimant certes la révolte de l'injustice, mais sans en rajouter ... C'est ma façon de voir, celle d'un homme qui a vécu cette période sombre des USA quand il était ado, et qui peut aujourd'hui mesurer tout le chemin parcouru, notamment avec l'arrivée d'Obama comme président ...
    La mort solitaire de Hattie Caroll
    William Hunsinger a tué Hattie Caroll,
    Il l'a tuée sans raison d'un coup de canne en or,
    Au cours d'une soirée donnée à Baltimore.
    La police appelée désarma l'assassin,
    Il fut accompagné jusqu'au poste voisin,
    Inculpé d'homicide et gardé en prison.

    {Refrain}
    Vous qui philosophez tout le temps et critiquez les gens
    Ne sortez pas votre mouchoir, vous pleurerez plus tard.

    William Hunsinger qui avait vingt-quatre ans
    Possédait une ferme de près de mille hectares,
    Il était protégé par de riches parents,
    Des relations puissantes et des murs de dollars.
    Il haussa les épaules, poussa quelques jurons
    Et fut presque aussitôt libéré sous caution.
    {Au refrain}

    Hattie Caroll était domestique de couleur,
    Elle avait cinquante ans et dix enfants mineurs,
    Elle vidait les ordures et apportait les plats,
    Elle s'approchait des tables mais ne s'asseyait pas,
    N'osait pas adresser la parole au patron
    Vidait les cendriers, balayait le salon,
    Elle fut tuée sur le coup, pauvre fille de misère
    Elle qui n'avait rien fait à William Hunsinger.
    {Au refrain}

    Au temple de justice, le juge prit son temps
    Pour étudier l'affaire très attentivement,
    Il dit qu’un citoyen pris en flagrant délit,
    Qu'il soit riche, qu'il soit pauvre, devait être puni,
    Et que la loi ne fait aucune distinction,
    Et frappe sans faiblesse ceux qui tuent sans raison,
    Attendus ces motifs, le juge d'un ton sévère
    Donna six mois de prison à William Hunsinger.

    Vous qui philosophez tout le temps et critiquez les gens
    Vous pouvez sortir vos mouchoirs, c’est le moment de pleurer.