BANVILLE, Serge V. - Un banc de bois.

31 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
UN BANC DE BOIS

Il y en a beaucoup des bancs de bois. Chaque fois c'est comme un peu chez-soi. J'ai connu des bancs de bois qui étaient et qui sont toujours l'unique point de vue sur le onde qui reste à de vieilles personnes qui ont fait leur vie et qui la poursuivent tant bien que mal malgré l'âge et la maladie.

Moi, j'ai connu des bancs de bois, dans le bois proche de pierres bien tombales, où il n'y a plus, Dieu merci, d'autobus à attendre et encore moins à prendre. J'ai connu des bancs de bois où, plus jeune et bien soûl, j'ai laissé la neige me recouvrir de quelques centimètres jusqu'à ce que des copains me réveillent de mon sommeil quasi-éternel...

Mais il y en a un et d'autrefois où j'ai vu mon amour s'asseoir tout près de moi. Et celui-là, ceux-là, même ceux où nous avons décidé de ne pas nous asseoir, demeureront éternellement comme des lieux habités par nous-deux qui nous nous aimons.

Le temps, contrairement à tout l'espace qui se vautrait sans limite devant nous, était si compté que cet espace même ne nous suffisait pas tant il était indifférent et cruellement sourd à notre urgence. Tout de même, nous sûmes, en grands amoureux, aligner centimètres sur centimètres nos deux corps tout bien rapprochés en espérant que cela suffirait à combler nos deux âmes tant assoiffées l'une de l'autre.

Un banc de bois est bien humble. Il n'offre que ce qu'il peut offrir. Mais il est honnête : le temps est bien court où on s'assoit sur lui. Et c'est assis sur lui, avec des gens que nous aimons, que nous souhaitons que l'éternité nous arrive tout de suite. Un banc de bois est bien humble. Il ne souhaite que de recevoir les fesses et les dos de gens qui s'aiment.

Ce banc, là-haut, sait et il est content d'avoir reçu nos deux fatigues, nos quatre fesses et nos deux dos, nos deux impuissances, nos deux douleurs, nos deux attentes et notre Amour Unique !

De lui, nous sommes redescendus dans nos destinées un peu plus bénies qu'avant. C'est ce que j'ose croire avec raison, n'est-ce pas mon Amour ?

Serge V. Banville

Illustration : Wooden Bench
Photographie : macieklew (Maciej Lewandowski)
CC BY-SA 2.0
http://www.flickr.com/photos/macieklew/446566658/

0 commentaire