Advertising Console

    MAJROUH, Sayd Bahodine - Ego-Monstre (extrait).

    Gilles-Claude Thériault

    par Gilles-Claude Thériault

    43
    78 vues
    Sayd Bahodine Majrouh
    (1928 – 1988)

    À la veille de son soixantième anniversaire,
    le poète et philosophe afghan, d’origine pachtoune,
    fut assassiné à Peshawar, en exil au Pakistan.

    Auteur de ‘Ego-Monstre’,
    d’une écriture envoûtante,
    où le ‘Monstre’ constitue l'incarnation de la tyrannie.

    Ego-Monstre
    IV, 1-4

    Chants de l’errance

    Quand le vent eut frappé,
    quand fut détruite la Cité de l'âme,
    quand la tyrannie eut bousculé jusqu'au dernier des souffles,

    le Voyageur fut jeté, ah brindille dans l'ouragan,
    jusqu'au désert sans route,
    vers l'exode sans but.

    D'autres, nombreux, des familles entières jetées au vide, au rien, à l'égarement,
    cherchant un lieu, et ne sachant,
    de l'eau, et ne la trouvant.

    Ou bien trouvant un puits et voyant leurs mains vides
    voyant l'absence de corde et voyant un enfant,
    d'une pierre insondable, révéler la vérité :
    que le puits est sec depuis des siècles
    et qu'ils sont des plantes déracinées.

    Ô errants du désert
    ne vous avais-je pas dit :
    La tempête va venir
    Et votre barque est pitoyable
    et le torrent sera couteau, vertige, tourbillon,
    des rocs se dresseront, creusant lames et gouffres
    et vous verrez un Monstre, ensuite,
    en chaque grain de sable, en chaque goutte d'eau.

    Ne vous avais-je pas dit les profondeurs,
    les déferlantes, les écrasements ?
    Ne vous avais-je pas dit le naufrage,
    votre esquif trop gracile,
    et cet oeil effroyable où roulait une eau trouble ?

    Et tant et tant ont péri
    et tant et tant déjà que le Monstre a broyés !

    Ne vous avais-je pas dit :
    Le vent aura soufflé que vous chercherez encore
    à retenir vos turbans et vos voiles
    à retenir le passé hagard et dévasté
    à retenir au fond de vos regards l'image.

    Mais la Cité verdoyante n'est plus.
    Le vent a brulé brun les pins et les coupoles.

    Le vent des tyrannies, le serpent d'épouvante,
    ne vous avais-je pas dit sa soif en votre sein
    et qu'il ne viendrait pas de contrées si lointaines ?

    Ô errants de l'exil
    vous le couviez au creux de vous
    et il a bousculé jusqu'au dernier des souffles !

    Barbarie,
    Harmonie :
    Le chemin n'est pas droit, ô errants !
    Et si jamais de l'une à l'autre on vous dit qu'il est droit,
    ne le croyez pas, ne le croyez jamais !
    Voyez les tourbillons, les remous, les cratères,
    sans cesse plus barbares que la barbarie même
    et voyez vos mains vides
    et défiez-vous des lignes droites !

    Eux tous, et le Voyageur, ah brindilles !
    jetés à la dérive des temps
    cloués sur un abîme en eux dans leurs yeux mêmes,
    hantises éberluées qui allaient hors chemins.

    Le vent était venu.
    La Cité avait cessé d'être.
    Les familles fuyaient.
    L'horreur se faisait loi.
    Le Monstre régnerait.

    _ Ô amis exilés que nous étions-nous dit ?

    Illustration : ‘La Mère et son fils mort’, sculpture de Käthe Kollwitz.
    ‘Neue Wache’, mémorial allemand
    dédié aux « victimes de la guerre et de la tyrannie », Berlin.

    ‘Mother with her Dead Son’, photographie : Zyllan Fotografía.
    http://www.flickr.com/photos/zyllan/2374077775/lightbox/
    Sous licence CC BY 2.0