Advertising Console

    La Sirah du Prophète Muhammad (saw) - La question des "versets sataniques" (Ep 15) [1/2]

    Reposter
    Bobby Gold

    par Bobby Gold

    1,4K
    188 vues
    La Sirah du Prophète Muhammad (saw) - La question des "versets sataniques" (Ep 15) [1/2]

    Sh. Yasir Qadhi donne une analyse détaillée de la vie du Prophète Muhammad (sur lui la paix et le salut) à partir des sources originales.

    Étudiez la Biographie du meilleur être humain qui n'ait jamais foulé la surface de la terre, celui qu'Allah a envoyé comme miséricorde pour l'humanité !

    Dans cet épisode Yasir Qadhi évoque la question des "versets sataniques", en référence à la prosternation des polythéistes lorsque le prophète Muhammad (saw) récita la sourate 53 "L'étoile" à La Mecque.

    Les 7 points éliminatoires des versions 2 et 3:
    1. Dire qu'ibliss peut inspirer le prophète (saw) même. Cela a été expliqué d'une certaine façon, ça contredit le processus de révélation et le processus de révélation est garanti par Allah dans de nombreux versets.
    2. Il n'y a pas de narrations authentiques des qisaat'l-gharaneek. Les versions de Tabari et Wahidi sont faibles et aucune ne remonte jusqu'au prophète (saw). La plus forte remonte jusqu'à un tabi'i. Même ibn Hajar et ibn Taymiyyah le reconnaissent.
    3. Même si on laisse de côté l'analyse de la chaine de narration, regardons l'histoire en elle-même. Il y a tellement de versions. Une autre version dit que le prophète (saw) dormait et s'est trompé. Une autre encore dit que le prophète (saw) priait dans la Ka'ba quand il a récité. Une autre dit qu'il était assis dans un rassemblement.
    4. Aucun livre de hadith authentiques ne mentionne cet incident, pas même ibn Hicham et Ibn Is'aq, les livres authentiques de sirah. Cet épisode se trouve dans les autres sources secondaires.
    5. Point le plus important pour Yasir Qadhi: L'analyse contextuelle des versets. Les versets 19 et 20 montrent que la suite sera une critique en raison des questions avec un sens péjoratif. Alors que même dans la langue française, on ne s'exprime pas comme cela pour parler d'une chose honorable. Ensuite, le verset qui suit « Partage injuste »: Si les versets sataniques sont insérés, l'histoire n'a plus de sens. On passe de la critique aux louanges puis de nouveau à la critique, linguistiquement et contextuellement, ça ne colle pas.
    6. Muhammad Abdou - mufti d'Égypte mort en 1905 : Linguistiquement également, ça n'a pas de sens car le mot gharaneek n'a jamais été utilisé dans la poésie préislamique pour faire référence aux idoles. C'est le seul endroit où ce terme est utilisé dans l'histoire. Si sheytan voulait vraiment tromper les païens, il aurait utilisé un mot qu'ils connaissent.
    7. L'histoire de Bukhari est suffisante, avec une bonne explication où le pouvoir du Qur'an ainsi que le reste est logique. Pourquoi avoir recours aux versets sataniques? Ibn 'Abbâs (ra) a dit que le pouvoir de la sourate était tel que les musulmans, les associateurs, tous les hommes et les djinns se sont prosternés sauf un homme qui a mis du sable sur son front : Walid ibn Moughira ou 'Oumeyya ibn Khalaf.