Advertising Console

    GAGNAIRE, Paul - Le destin du poète.

    Repost
    Gilles-Claude Thériault

    par Gilles-Claude Thériault

    41
    74 vues
    Le destin du poète

    Regarder tristement les étoiles,
    s’épanouir doucement dans leurs voiles,
    épancher notre soif dans leurs feux,
    se laisser éblouir par leurs dieux,
    contempler de nos plaies l’eau rougie,
    voir danser faiblement les bougies
    et danser nous aussi sous la pluie
    qui martèle nos cœurs dans la nuit ;

    s’élever peu à peu dans l’éther,
    nos souffrances rivées à la terre
    et nos pleurs et nos joies, nos soleils,
    sentiments, sensations et merveilles,
    nous guidant vers le ciel salvateur
    sans un seul petit flot destructeur,
    s’élever au-delà des montagnes,
    au-delà de la foi des campagnes,
    au dessus des vapeurs de froidure
    et se mettre au niveau de l’azur ;

    puis après s’évanouir, rechuter
    vers l’hiver mais surtout vers l’été,
    affronter à jamais les chimères,
    les longs gouffres obscurs et amers
    tailladant notre monde enlaidi
    dans ses draps éternels et maudits.

    Paul Gagnaire, ‘De glace et de buée’
    http://www.publibook.com/librairie/livre.php?isbn=9782748354263
    et à titre posthume :
    ‘La nuit, ce long regard qui fuit déjà vers l’aube’. Poèmes.
    © Paul Gagnaire , Editions Thierry Sajat .

    Ambiance musicale :
    une musique de sa mère, le compositeur Florentine Mulsant.
    http://www.florentinemulsant.com/

    Extraits de la Symphonie n°2, op. 33, ‘Exil’,
    inspirée de fragments du poème de Saint-John Perse.
    Une commande de Radio France, créée à Prague en avril 2008
    et dirigée par le chef d’orchestre canadien Charles Olivieri-Munroe.
    http://www.olivieri-munroe.com/

    En hommage à Saint-John Perse
    et dédiée à son grand-oncle Jules Verne,
    qui selon Florentine Mulsant est lui-même un ‘exilé’
    qui trouve refuge dans son œuvre.

    Cette musique d’une mère est un langage actuel
    comme celui de la poésie de son fils,
    là où « il n’est d’histoire que de l’âme »
    (Saint-John Perse).

    Vous trouverez à cette adresse URL
    une interview avec Florentine Mulsant
    et l’enregistrement du premier mouvement de la symphonie ‘Exil’, op. 33.
    http://www.sjperse.org/cinquantenaire.tb4.html