Advertising Console

    Acquisition Ingres : Paroles de donateurs

    Repost
    2 004 vues
    Succès de l'acquisition d'une œuvre d'art d'exception : Jean Auguste Dominique Ingres (1780-1867), L'Arétin et l'envoyé de Charles Quint, 1848.
    Le musée des Beaux-Arts remercie les plus de 1500 donateurs qui ont permis à l’œuvre de Jean Auguste Dominique Ingres, de rejoindre les collections du musée.
    Opportunité rare sur le marché de l’art, l’acquisition de cette œuvre importante rend hommage à un peintre majeur du XIXe siècle, qui laissa une marque très forte sur la création de ses contemporains à Lyon. Son entrée dans les collections lyonnaises permettra de compléter l’ensemble de peintures du XIXe siècle en donnant à cet artiste une place à sa juste mesure.
    L'histoire : L’Arétin et l’envoyé de Charles Quint illustre un épisode, plus ou moins légendaire, de la vie de Pietro Aretino (1492-1556) dit l’Arétin, célèbre écrivain italien de la Renaissance. Installé à Venise, il s’affirme comme un esprit libre et brillant, n’hésitant pas à critiquer rois et puissants. L’empereur Charles Quint lui envoie ici l’un de ses messagers pour qu’il lui remette une chaîne en or afin d’acheter sa complaisance. Avec insolence, le poète la refuse en répliquant que « c’est là un bien mince cadeau pour une si grande sottise ». Outré par cette injure, l’envoyé impérial porte sa main à la garde de son épée. À l’arrière-plan, deux femmes nues observent la scène.
    L’écrivain dont la vie licencieuse était célèbre, semble avoir été surpris dans un moment inopportun, ajoutant un caractère galant au tableau.