manifestation contre les réformes Peillon le 12 février 2013 à Lille (vidéo CNT éducation)

Découvrir le nouveau player
eric5962

par eric5962

20
119 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Le mouvement de lutte contre les réformes Peillon ne concerne pas que les enseignant-e-s. Il concerne aussi les élèves, les parents et les personnels municipaux (ATSEM et animateurs-trices).

Les réformes Peillon participent à la casse du caractère national de l’Éducation par le bais d’une territorialisation de plus en plus poussée (avec le risque que cela comporte en terme de différences entres communes riches et communes pauvres). Elles dégradent les conditions de travail des personnels et les conditions d’apprentissage des élèves. Comme avec Sarkozy, le recours aux contrats précaires continue et les RASED (Réseaux d'Aide aux Élèves en Difficulté) sont laissés de côté. Les créations de postes (y compris pour la scolarisation des 2 ans) ne sont pas à la hauteur des besoins. La soumission croissante de l’École au libéralisme (socle commun, livret personnel de compétences, etc.) n'est pas remise en cause. L'éducation prioritaire n'est pourvue d'aucun moyen particulier et les classes populaires sont une fois de plus les premières victimes de la politique gouvernementale.

Le gouvernement parle d’une « refondation de l’École ». En ce qui concerne la CNT, cela fait longtemps que nous appelons à des changements profonds dans le système éducatif pour que celui-ci devienne source d’égalité et d’émancipation. La refondation de l’école passe par la mise en œuvre de pédagogies coopératives débarrassées du fardeau de la compétition et de la sélection sociale. A l’heure où la formation continue a été quasiment supprimée dans l’Éducation nationale, cette refondation passe par un vaste plan de formation favorisant ce type de pédagogies.

Concernant la réforme des rythmes, s’il est pertinent de vouloir adapter le temps scolaire aux enfants, nous ne pouvons que constater que les mesures prises ne permettront pas d’améliorer leur vie. Les enfants resteront à l’école aussi longtemps qu’avant (car seul le temps de classe est diminué, pas le temps de présence à l’école). D’autre part, ils devront être présents le mercredi matin. Cela ne pourra que créer des semaines plus fatigantes. D’autant plus que les programmes sont toujours aussi lourds et que cette mesure s’accompagne d’une dégradation des conditions d’accueil dans le secteur péri-scolaire : par exemple, un animateur pour 18 enfants en élémentaire (alors que le taux d’encadrement est aujourd’hui d’un animateur pour 14 enfants).

Non aux réformes Peillon ! Émancipatrice, sociale et populaire... lutte des classes pour une autre école !

CNT éducation 59/62 ( http://www.cnt-f.org/59-62 )

Conséquences de la réforme des rythmes sur le temps de travail des professeurs d’école :
http://www.cnt-f.org/59-62/?p=5621

Les commentaires sont désactivés pour cette vidéo.