Zied El Hani : «Des agents d'Ennahdha au cœur de l'appareil sécuritaire tunisien»

Découvrir le nouveau player
Artiste-Tunisien
2K
307 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Des personnes liées à Ennahdha se trouvant aujourd'hui au cœur de l'appareil sécuritaire auraient le bras long et décideraient de tout. Elles gardent un contact permanent avec Montplaisir, siège du parti islamiste au pouvoir.
Intervenant sur la chaîne Nessma TV, dans la soirée du vendredi 8 février 2013, le journaliste et membre du bureau exécutif du SNJT, Zied El Hani, affirme avoir été approché par une source sécuritaire lui recommandant de « ne pas lâcher la piste de l'implication du ministère de l'Intérieur dans l'assassinat de feu Chokri Belaïd ».
Intervenant sur la chaîne Nessma TV, dans la soirée du vendredi 8 février 2013, le journaliste et membre du bureau exécutif du SNJT, Zied El Hani, affirme avoir été approché par une source sécuritaire lui recommandant de « ne pas lâcher la piste de l'implication du ministère de l'Intérieur dans l'assassinat de feu Chokri Belaïd ».

Aujourd'hui lors des funérailles du défunt Chokri Belaïd, Zied El Hani affirme qu'une source sécuritaire lui a certifié que le responsable direct de l'assassinat de M. Belaïd ne serait autre que Mehrez Zouari, directeur général des services spéciaux. Selon ces déclarations, Mehrez Zouari, aurait été nommé par Ennahdha, et plus précisément par Habib Ellouze, et aurait des relations directes avec la direction du parti à Montplaisir. M. Zouari aurait recruté 20 jeunes, dont les identités n'ont pas été répertoriées dans les registres du ministère de l'Intérieur, qui s'entraînent quotidiennement au tir et aux arts martiaux et dont les activités et la nature des missions restent confidentielles au sein du ministère de l'Intérieur.

Zied El Hani a appelé à ce qu'une enquête soit ouverte par le procureur de la République, sur la base de ces déclarations. Il a également rappelé, dans ce cadre, les déclarations de Lazhar Akremi et de Tahar Ben Hassine, membres de Nidaa Tounès, ainsi que Ahmed Néjib Chebbi, dirigeant à Al Joumhouri, qui avaient affirmé que des responsables d'Ennahdha tirent les ficelles au sein du ministère de l'Intérieur.

M. El Hani, a rappelé, dans le même ordre d'idées la récente enquête qui a mis la lumière sur un réseau de trafic d'armes lié à un homme d'affaires, ayant une liste de personnalités à liquider physiquement.

Il a également tenu à souligner la pertinence des déclarations du journaliste Sofiane Ben Farhat, qui a affirmé avoir reçu un SMS, la veille de l'assassinat de Chokri Belaïd, le mettant en garde contre l'existence d'une liste de personnes à assassiner.
S.T. Businessnews

0 commentaire