CRIMINALISATION PSA AULNAY

ht93700

par ht93700

10
425 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Près de 300 personnes sont venue apporter leur soutien à Agathe Martin, salariée de PSA convoquée par la sûreté territoriale de Bobigny. Des militants de tout le département et des salariés de l’usine d’Aulnay se sont rejoint pour rappeler que les casseurs d’usine ne se trouvaient pas dans les rangs des travailleurs ! A ceux qui subissent la violence sociale, la direction de PSA souhaiterait même leur retirer le droit de revendiquer et de se défendre, c’est scandaleux !

Le rassemblement de ce matin rappelle s’il le fallait, que les grossières tentatives d’intimidation de la direction de PSA ne feront faiblir ni l’élan populaire de solidarité qui se manifeste, ni la détermination des salariés à défendre leurs emplois. Des milliers d’euros abondent de toute la Seine-Saint-Denis pour aider les grévistes, preuve que la population n’est pas insensible à la lutte des PSA.
Au vu des récentes déclarations de la direction de PSA, qui continue à vouloir faire passer les militants CGT pour de « dangereux excités », force est de constater qu’elle n’a pas encore retrouvé la sérénité propice à l’ouverture d’un réel dialogue. La direction s’enfonce même dans sa stratégie répressive, puisqu’elle convoque 4 salariés syndiqués, actifs dans le mouvement de grève, mardi 5 février pour des entretiens préalables aux licenciements.

La CGT appelle à cette occasion (mardi 5 février à 13h30) à un rassemblement de lutte devant le parking de l’usine, pour de nouveau faire entendre les exigences de respect du droit de grève, d’arrêt de toutes les procédures répressives, d’ouverture de réelles négociations qui tiennent compte des revendications des salariés. La solidarité financière de la CGT aux grévistes sera apportée ce mardi.

Les salariés de PSA, en engageant un mouvement de grève, défendent le droit de travailler, quand les choix de PSA, sa stratégie financière, ses profits dilapidés en dividende, et ses délocalisations, provoquent chômage et désindustrialisation. Faire peser les ravages sociaux des décisions patronales sur la collectivité et criminaliser ceux qui luttent pour leurs emplois et l’avenir industriel du pays, ça suffit !

D’autres choix sont possibles pour l’emploi, les salaires, l’industrie! Propositions, mobilisations et luttes, toutes les initiatives seront engagées par la CGT pour faire valoir l’intérêt des salariés et être à l’offensive face à la régression sociale que tente d’imposer le patronat !

0 commentaire