Advertising Console

    Aurélie Filippetti : [ France Télévision] "Il avait une ingérence quasi-quotidienne ..."

    Repost
    Public Sénat

    par Public Sénat

    1,9K
    263 vues
    L'invité politique

    Ce matin, à 8h15 sur Public Sénat et Radio Classique,

    Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture et de la Communication

    Invitée de Guillaume Durand et de Michaël Szames

    Extraits

    A propos de l’ouverture du débat sur le mariage pour tous à l’Assemblée nationale :

    « Je pense que c’est une journée historique et que Christiane Taubira est une oratrice hors-pair, non seulement parce qu’elle a fait un discours de conviction mais aussi elle a su incarner la volonté du Président de la République et du gouvernement de ne pas fléchir malgré la virulence de ces attaques. (…) Au nom de la différence des sexes, l’opposition ne défend que la différence des droits et donc ils ont un combat d’arrière-garde, conservateur, contre l’égalité. (…) Il faut travailler à la résolution de la crise mais cela n’empêche pas de faire progresser la société. »

    A propos de la réorganisation de France Télévisions :

    « L’ancien Président de la République intervenait dans la nomination des présidents de l’audiovisuel, qu’il a nommés lui-même, dans les nominations à l’intérieur des chaînes, voire dans les révocations dans certains cas. Il avait une ingérence quasi-quotidienne dans le service public de l’audiovisuel. Ce n’est pas notre conception du pouvoir. (…) Rémy Pflimlin est le président du groupe, la situation budgétaire est très difficile. Le budget 2013 est amputé de manière importante, même si nous avons accordé une augmentation de la redevance. Néanmoins il y aura des efforts et des économies à faire. Ceci dit, elles ne doivent pas tout conditionner. (…) Il faut qu’il y ait une politique culturelle, mais plus généralement, il faut qu’il y ait une vision stratégique de l’entreprise, et c’est le rôle du Ministère de référence qui est celui de la Culture que de travailler avec France Télévisions sur la définition d’un cahier des charges, qui se fait par décret, et sur la négociation du contrat d’objectifs et de moyens. Rémy Pflimlin va annoncer prochainement une série d’orientations stratégiques qui correspondent à la nécessité de tracer une piste, un dessein pour le groupe France Télévisions. »

    A propos de la régularisation d’enfants nés par GPA à l’étranger :

    « Il y a quarante cas d’enfants qui sont nés à l’étranger [sous] gestation pour autrui. (…) Ce que [Christiane Taubira] a voulu (…) rétablir ces enfants dans leurs droits. (…) Ce n’est pas une régularisation de la GPA à venir, c’est simplement une régularisation pour quarante cas d’enfants qui se trouvent aujourd’hui dans une situation administrative kafkaïenne. (…) Il faut parfois être pragmatique. »

    A propos du droit de vote des étrangers :

    « Si nous pouvons utiliser la révision constitutionnelle pour faire avancer cette grande idée, je m’en féliciterai. »

    A propos de l’affaire du Musée d’Orsay :

    « J’ai demandé un rapport circonstancié au Musée d’Orsay. Le Musée d’Orsay, comme d’ailleurs tous les musées nationaux, sont engagés dans des politiques et des conventions avec des associations de solidarité. Il n’y a jamais eu ce genre de problème. (…) C’est une affaire strictement personnelle et regrettable. (…) Je ne crois pas qu’il y ait eu de faute morale. »

    A propos de la circulation des œuvres :

    « Les collections nationales doivent irriguer l’ensemble du pays. (…) C’est l’un des grands axes. Cela permet à l’ensemble de la population de bénéficier de ce qui a été constitué pour elle, pour la Nation français toute entière, c’est-à-dire nos collections nationales. »

    A propos de l’avertissement d’Olivier Schrameck aux « Grandes gueules » :

    « Je dois respecter totalement l’indépendance du CSA. (…) Il y a des règles strictes édictées par le CSA, c’est le respect de la personne humaine, et notamment qu’il n’y ait aucun propos raciste ou à connotation sexiste sur les ondes, et je pense qu’on pouvait légitimement s’interroger pour savoir si ces propos n’entraient pas dans cette catégorie. »