[S.C. Bastia] Hommage à Claude Papi, 30 après...

Découvrir le nouveau player
scbvideo.com
36
452 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Retrouvez le reportage de France 3 Corse consacré au 30ème anniversaire du dèces du plus emblèmatique des joueurs corses, Claude Papi.

"Après une enfance en Corse, ayant grandi à Porto-Vecchio, il débute une carrière professionnelle en 1968 au SC Bastia, club auquel il restera fidèle durant toute sa carrière. Avec lui, il participe à la remontée en première division puis joue lors de la finale de coupe de France perdue en 1972 face à l'OM.
Meneur de jeu, sa vision du jeu, sa technique et son adresse font la force de l'attaque bastiaise, où figurent Dragan Dzajic, Jacques Zimako et François Félix. Lors du championnat de France 1976-1977 Bastia marque un total de 82 buts et obtient ainsi une troisième place qui ouvre les portes de la coupe d'Europe la saison suivante.
C'est surtout cette campagne européenne de 1977-1978 qui a marqué les esprits. Avec à ses côtés la star hollandaise Johnny Rep, Merry Krimau, Félix Lacuesta, Yves Mariot l'équipe bastiaise réalise une campagne héroïque, avec comme principal fait d'armes la victoire et la qualification obtenue sur le terrain du Torino en huitième de finale retour. Cette campagne, au cours de laquelle il marque 7 buts, se termine en finale : après un match aller sans buts (0-0), disputé sous la tempête, sur une pelouse gorgée d'eau au stade de Furiani, les Bastiais s'inclinent au retour 3 à 0 dans l'antre du club néerlandais du PSV Eindhoven.
La campagne européenne lui permet d'obtenir une place dans les 22 joueurs sélectionnés pour de la coupe du monde 1978 en Argentine. Il y dispute le dernier match contre la Hongrie, en tant que titulaire, et est remplacé à la mi-temps par Michel Platini. C'est l'unique match disputé par un joueur de Bastia dans l'équipe de France lors d'une phase finale de coupe du monde.
Son plus grand regret sera son absence de la finale victorieuse en coupe de France en 1981, finale à laquelle il assiste depuis les tribunes en raison d'une blessure. Il terminera sa carrière sportive à la fin de la saison, ayant disputé 421 matchs pour son club pour un total de 114 buts.
En 1983, la Corse apprend avec stupeur la mort à la suite d'une rupture d'anévrisme de celui qu'elle nommera plus tard footballeur corse du siècle. La tribune officielle du stade Armand-Cesari porte son nom."
(Vidéo : France 3 Corse, Texte : Wikipedia)

0 commentaire