Ça Vous Regarde : le débat : Prise d’otage algérienne : un mauvais coup pour la France

LCP
1,5K
1 382 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à

L’assaut final a été donné samedi sur le site gazier d’In Amenas en Algérie. Premier bilan : 23 employés et 32 ravisseurs tués. Un Français fait partie des victimes. Mais hier, 25 cadavres ont été retrouvés et le bilan devrait être revu à la hausse. L’attaque, revendiquée par le jihadiste Mokhtar Belmokhtar, est selon lui la réponse à l’intervention française au Mali : « Nous sommes prêts à négocier avec les pays occidentaux et le régime algérien à condition que s’arrêtent l’agression et le bombardement contre le peuple malien musulman, notamment celui de l’Azawad, et que soit respectée sa volonté d’appliquer la charia sur son territoire », a-t-il affirmé dans un enregistrement daté du 17 janvier. La prise d’otage d’In Amenas est la preuve que la bataille contre les islamistes ne se limite pas au théâtre d’opérations malien : tous les pays de la zone sahélienne sont concernés.



Au Mali, les troupes françaises, elles, progressent vers le Nord. « Le déploiement vers le Nord des forces de l’opération Serval, entamé il y a 24 heures, est en cours, vers les villes de Niono et de Sévaré, où elles sont arrivées », a déclaré à l’AFP le lieutenant-colonel Emmanuel Dosseur, porte-parole militaire français à Bamako. Deux mille soldats français sont déployés sur le sol malien. Un chiffre qui devrait atteindre 2500 et peut-être davantage, selon Jean-Yves Le Drian.



Mais, Londres et Washington ont exclu d’envoyer des troupes dans la région. La Misma (la Mission internationale de soutien au Mali) devrait être déployée d’ici au 26 janvier. La force comprendra à terme quelque 5.800 soldats africains pour prendre le relais de la France car, comme l’a rappelé Laurent Fabius, « nous n’avons pas vocation à rester éternellement au Mali ».



La prise d’otage d’In Amenas est-elle un échec pour la France ? Doit-on craindre l’enlisement au Mali ? Pourquoi les puissances occidentales refusent d’engager des troupes dans ce conflit ? Quand les hommes de la Cédéao seront-ils prêts à prendre le relai des Français ?



Les invités d’Arnaud Ardoin en parlent ce soir sur le plateau de Ça vous regarde.



Invités :



• Roland Dumas, ancien ministre PS des Affaires étrangères

• Alain Joyandet, ancien secrétaire d’État chargé de la Coopération et de la Francophonie (2008 à 2010)

• Frédéric Pons, rédacteur en chef du service "Monde" de Valeurs Actuelles

• Pierre Martinet, ancien agent du service action de la DGSE



Chaque soir, Arnaud Ardoin et ses invités débattent avec vous, dès 18h45, en direct sur www.lcp.fr.



Pour cette cinquième saison, découvrez notre formule entièrement consacrée à l’actualité avec davantage d’interactivité…
Commentez en direct votre rendez-vous quotidien sur les réseaux sociaux.

Nous attendons toutes vos réactions sur notre page Facebook et sur Twitter via le hashtag : #CVR, une émission en permanence connectée !

Retrouvez-nous également tous les jours sur le site de notre partenaire Lejdd.fr. Cette année encore, plus que jamais, le débat de Ça vous regarde, c’est d’abord… votre débat !



En présence de députés, d’experts, de personnalités mais aussi de citoyens, ce magazine dédié à la vie parlementaire et politique développe chaque soir un thème fort au cœur de l’actualité. Entre analyses, débats, reportages et témoignages de citoyens en direct, Arnaud Ardoin impose une autre façon de présenter et d’aborder l’actualité grâce à l’interactivité.



De simple téléspectateur, le citoyen devient acteur dans le débat par webcam interposée ou via le forum dédié à l’émission. Information en miroir, Ça vous regarde favorise l’information à double sens en renvoyant les préoccupations, les questionnements des sentinelles citoyennes à celles des parlementaires.



Diffusion : du lundi au jeudi à 20h45 après Ça Vous Regarde : l’Info



En partenariat avec :






Pour commenter l’émission : rendez-vous sur le site du JDD.fr

0 commentaire