Jeudi 17 Janvier rassemblement devant le PS le commité de soutien demande lirération de George

Découvrir le nouveau player
31 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists
Mis en ligne le lundi 21 Janvier 2013 à 00h50

rassemblement le Jeudi 17 Janvier 2013 à 12h00 devant le siège du Partie socialiste rue du Jardin public.

le comité de soutien pour la libération de George Ibrahim Abdalah
Le ministre de l’intérieur français, le socialiste de droite Manuel Valls, wissamiste alaouite de son état, vient de bloquer la libération du Libanais Georges Ibrahim Abdallah. Des responsables français doivent se réunir le 28 janvier pour décider ou non de formaliser cette liberté conditionnelle.

Âgé aujourd’hui de 61 ans, Georges Ibrahim Abdallah s’est vu accorder le plus légalement au monde une liberté conditionnelle le 21 novembre 2012. Le parquet français a fait appel de cette décision en décembre, mais l’acte a été confirmé devant le tribunal jeudi dernier en dépit des pressions américaines et israéliennes pour le garder incarcérer.

Le Libanais est en prison depuis 1984, sous l’accusation de complicité dans les meurtres d’un officier militaire américain et d’un diplomate israélien. Il a été condamné à la prison à vie en 1987. Eligible à la libération sur parole depuis 1999, il est pourtant maintenu en détention depuis … 13 ans.

La dernière fois qu’un juge lui a accordé la liberté conditionnelle, c’était en 2003, un opportun appel du pouvoir français avait bloqué la décision.

Georges Ibrahim Abdallah n’est sûrement pas un enfant de choeur, et on n’est pas obligés d’applaudir à l’assassinat des deux diplomates, qui étaient des agents de leurs services secrets respectifs. Mais franchement, 28 ans de prison n’est-ce pas une peine suffisante ?

Ne parlons pas de tous ces terroristes israéliens, américains, européens et même arabes qui tuent des civils innocents et qui ne font pas un seul jour de prison…

Manuel Valls avait déclaré récemment que par sa femme il était « lié de manière éternelle à Israël ». C’est bien, mais il aurait pu rajouter que grâce au wissam alaouite que lui a refilé l’autocrate marocain, il était également lié de manière tout aussi « éternelle » au Makhzen.

Et comme ça personne n’est jaloux !

0 commentaire