Les contes de Grimm et leur réception

Découvrir le nouveau player
ESPE AQUITAINE
14
376 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists
Conférence de François Fièvre, Université de Tours à l'IUFM d'Aquitaine le 11 décembre 2012

Les contes de Grimm comptent désormais, avec ceux de Perrault et d’Andersen, parmi les classiques du conte de fées comme de la littérature enfantine. Il n’en a cependant pas toujours été ainsi, et le premier but des frères Grimm n’a pas été d’écrire des histoires pour les enfants. Leur recueil de contes, initialement conçu comme un ensemble d’«antiquités nationales », a néanmoins très rapidement connu un certain nombre d’éditions qui en ont infléchi la stratégie éditoriale, de plus en plus tournée vers le monde de l’enfance, et c’est à l’extérieur de l’Allemagne, plus précisément en Angleterre, qu’ils deviennent des contes de fées.

L’histoire de la réception des contes de Grimm doit aussi tenir compte de différents courants d’interprétation des textes, de la réappropriation nationaliste orchestrée dans l’Allemagne des années 1930 aux interprétations psychanalytiques, en passant par leur utilisation dans les sciences du folklore ou leur passage dans le domaine de la littérature pédagogique pour enfants.

Mais dans tous les cas, en ce qui concerne l’édition des contes eux-mêmes, les textes et leurs traductions/adaptations ne suffisent pas à rendre compte de ces différentes interprétations : il faut également envisager le rôle du paratexte (titres, préfaces…) et des illustrations qui les accompagnent dans la constitution de leur horizon d’attente, et, partant, dans leurs changements successifs de statut.

Les commentaires sont désactivés pour cette vidéo.