SIEM REAP - Théâtre APSARA - Cambodge

MG1947

par MG1947

17
767 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
2008-10-26a - SIEM REAP
- Angkor Village Hôtel et Théâtre
- Restaurant Théâtre APSARA
- Cambodge.

Restaurant Théâtre APSARA
- Danses traditionnelles.

40 danseurs, chanteurs et musiciens interprétent :
3 danses palatines.
2 danses villageoises.

Les danses khmères

Ballet des Apsaras

Danse des pêcheurs

Danse de Mekhala

Danse des noix de coco

Légende du Reamker

Dans cet extrait de la légende du Ramayana khmer, la princesse Neang Seda est prisonnière du démon Reap.
Son époux, le prince Preah Ream, accompagné de son frère Preah Lak et du chef des singes blancs Hanuman, part à sa recherche. Il s'en suit un combat entre les troupes d'Hanuman et celles du terrible Reap...

Le Reamker
(ou Ramayana khmer)

Le Reamker est la version khmère d'une grande épopée de l'Inde ancienne, écrite en sanskrit: Le Ramayana.

Preah Ream
(« Rama » dans le Ramayana)

Preah Ream est la septième incarnation du dieu Vishnou, dont il a hérité perfection, puissance et bonté. Cette incarnation est destinée à tuer le démon Reap.
Ecarté du trône de son père, dont il est l'héritier légitime, Preah Ream s'est exilé vers des contrées sauvages, avec son épouse Neang Seda et son frère Preah Lak.

Preah Lak
(« Lakshmana » dans le Ramayana)

Demi-frère cadet de Preah Ream, il est l'incarnation du serpent Naga, sur lequel dort le dieu protecteur Vishnou.
Il est d'une obéissance et d'une fidélité exemplaire à son frère Preah Ream. Il l'accompagne dans tout ses exploits, et en particulier dans sa guerre contre le démon Reap.

Reap
(« Ravana » dans le Ramayana)

Roi des géants du royaume de Lanka, ayant dix têtes, il est un démon-serviteur du dieu destructeur Shiva.
Sa soeur, Surpanakhar, tenta de séduire Preah Ream.
Preah Lak décida de la punir en lui rasant la tête.
Pour se venger, Surpanakhar attisa la haine de Reap pour Preah Ream, en le rendant fou amoureux de Neang Seda.

Neang Seda
(« Sita » dans le Ramayana)

Fille du roi d'Ayodhya, et promise à qui pourra bander l'arc de Shiva, elle devint ainsi l'épouse de Preah Ream.
Mais sa beauté excite la convoitise du démon Reap, qui l'enlève et l'emmène dans son royaume de Lanka.
Délivrée par Preah Ream, elle accédera avec lui, au trône d'Ayodhya et donnera naissance à des jumeaux.

Hanuman

Singe blanc et fils du dieu du vent, dont il a hérité l'agilité et la rapidité, il devint général de l'armée des singes. On le dit également immortel.
Il est un vassal courageux, fort et intelligent, de Preah Ream. Ensemble, ils affrontent le démon Reap, le tue, et libèrent Neang Seda.

Les gestes de base des danses palatines

Pour permettre l’accès au répertoire, la danse khmère impose aux jeunes élèves un apprentissage difficile.
D’abord, il faut se façonner un corps d’une extrême souplesse, par étirement quotidien des articulations.
Ensuite, il faut savoir maîtriser un langage spécifique, fait d’une multitude de postures et de gestes codifiés.

L’orchestre traditionnel khmer
« Pinpeat »

La musique traditionnelle est, aujourd'hui encore, très présente dans la vie des cambodgiens. Les musiciens sont de toute les fêtes et cérémonies, rurales et citadines.
L'orchestre traditionnel appelé « Pinpeat », est similaire à ceux de Thaïlande et du Laos. Comprenant jusqu'à vingt musiciens, les percussions y dominent très nettement

Les tambours : « Samphor » et « Skor Thom »

L'orchestre est conduit par le Samphor, tambour horizontal à deux peaux, qui indique les départs et les temps de repos, et donne le rythme.
Le Samphor est secondé par deux gros tambours obliques, les Skor Thom, et des petites cymbales de bronze au son très aigu, les Chhing.

Le cercle de gongs : « Kong Thom »

Le Kong Thom est une percussion mélodique, constituée d'une suite de petits gongs bulbés en cuivre, disposés horizontalement sur un cadre circulaire en rotin, au milieu duquel s'assit le musicien.
Le Kong Thom joue la mélodie principale, ornementée et variée par le xylophone et le métallophone.

Le xylophone : « Roneat Ek »

Le xylophone Roneat Ek comporte des lames de bambous, ou de teck, disposées selon un plan incurvé sur une caisse de résonance en forme de barque, elle-même posée sur un pied central.

Le métallophone : « Roneat Dek »

Le métallophone Roneat Dek est composé de lames de bronze, diposées sur une caisse de résonance droite à quatre pieds.
Son jeu suit fidèlement celui du cercle de gongs.

Le haubois : « Sralai »

Le Sralai est le seul instrument à vent de l'orchestre.
Il donne la totalité aux autres instruments.
Sa quadruple anche, et son corps percé légèrement en cône, rappelle le haubois occidental.
Pour arriver à jouer en continu, sans arrêt pour inspirer, le musicien doit accomplir une respiration circulaire.

0 commentaire