Advertising Console

    Conseil municipal du 12 décembre à Saint-Pierre du Vauvray, rapport d'activité de la CASE 2011

    Reposter
    105 vues
    Les 12 décembre, c’est un conseil municipal un peu particulier qui nous est proposé : un invité de marque, puisqu’il s’agit de M. Régis Petit, Directeur Général Adjoint des Services à la CASE, qui vient en personne présenter dans son village le rapport d’activité de la CASE 2011. Nous l’en félicitons, et nous l’en remercions.
    Le sujet principal de ce conseil sera donc le rapport d’activité e la CASE. Il y aura deux parties :

    - Le rapport d’activité, qui traite de toutes les compétences de l’agglo, et que vous visionnerez dans la vidéo ci-dessous,
    - Des questions/réponses qui porteront sur le pôle eau et assainissement de l’agglomération, du contrat d’affermage avec Veolia, et de l’arrêt “Olivet”, qui fera un sujet en soi, du fait de sa longueur et de sa richesse.
    Je dis bien riche car c’est une vidéo très informative et pédagogique que vous pourrez écouter et regarder, et devant tant d’informations, j’ai sous-titré la quasi totalité de ces échanges.

    Comme d’habitude, puisqu’il y a eu une séance publique du conseil municipal, un ordre est établi, Alain Loëb, maire de Saint-Pierre du Vauvray, traite de l’ordre du jour, pose une question sur l’eau, de la part d’un élu qu’il n’a pas nommé :
    “J’ai eu des questions qui ont été posées sur l’eau”, dit Aain Loëb, “une question notamment disant qu’on aurait renouvelé ou prolongé les contrats, et que ce serait pas légal. Puisqu’on aurait dépassé certaines durées. Donc la question, je vous la pose.”
    Dans un souci de clarté, je dois préciser que ni Jérôme Bourlet, ni Laetitia, qui savent tous deux que lorsque qu’une collectivité signe un contrat avec un délégataire comme Veolia les contrats sont plutôt “bétonnés”, n’a posé cette question. Mais des questions ils en auront d’autres, et des réponses aussi.
    Pourquoi je tiens à préciser que ce n’est ni Laetitia, ni Jérôme ? Parce que dans le compte-rendu de conseil, qui est d’ores et déjà placardé dans les panneaux d’affichage de la commune, on peut lire :
    “Monsieur Le Maire informe monsieur Régis PETIT qu’un élu a contesté les choix de la CASE sur les contrats d’affermage estimant qu’ils étaient illégaux. Un flot de questions de Monsieur Bourlet de la Vallée sera fait sur cette allégation.”
    Un lecteur pourrait faire le lien entre les deux phrases de ce paragraphe, et penser que Jérôme estime que les choix de la CASE seraient illégaux. Il n’en n’est rien. Cependant, de vraies questions d’ordre administratif ou politique seront posées. Et aucune question ne sera basée sur cette allégation, comme vous pourrez l’entendre.
    En route sur cette première partie du conseil donc.