Exposition "Murs Rebelles"

UVSQ

par UVSQ

23
971 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Cette exposition, intitulée "Murs Rebelles" a pour thème l'iconographie nationaliste contestataire, en Corse, en Irlande du Nord et au Pays basque.

Xavier Crettiez, professeur de science politique à l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Pierre Piazza, maître de conférence à l'université de Cergy-Pontoise, Pascal Pragnère, doctorant en science politique, et Hélène Bussière, ingénieur d'étude au centre de recherche Versailles Institutions Publiques exposeront leurs photographies durant deux mois, à la faculté de droit et de science politique. Le vernissage de cette exposition itinérante aura lieu vendredi 14 décembre 2012.

Cette exposition, coordonnée par Xavier Crettiez et Pierre Piazza, s’inscrit dans le prolongement d’un travail de recherche universitaire initié récemment par ces deux chercheurs sur l’iconographie politique contestataire. Les photographies de graffs, pochoirs, tags et fresques murales de type nationaliste ici visibles ont été prises en Corse et au Pays Basque Nord entre 2011 et 2012. Elles sont complétées par des clichés réalisés sensiblement à la même période en Irlande du Nord et au Pays Basque Sud par Pascal Pragnère et Hélène Bussière.

Un même phénomène peut être observé sur les territoires de la Corse, de l’Irlande du Nord et de l’Euskadi : la présence d’une multitude de messages, de sigles, de représentations aux formes variées qui, relevant d’un nationalisme de type violent, participent localement d’un même processus de colonisation de l’espace public. N’ayant jamais fait l’objet d’une étude systématique dans une perspective comparative, ce matériau apparaît pourtant extrêmement précieux afin d’enrichir, au moins d’un triple point de vue, les connaissances sur les luttes armées à l’œuvre dans ces régions. Il offre la possibilité d’analyser sous un angle original les acteurs au cœur de ces luttes, leurs logiques d’action et leurs référentiels doctrinaux sans en passer par les éléments de langage des organisations partisanes. Il offre ainsi le « texte caché » des nationalismes, dans toute sa brutalité. Il permet aussi de saisir les mutations des conflits régionaux à travers un regard non censuré sur l’expression libre des colères, rancœurs, espérances exprimées « par le bas ». Il renseigne enfin sur la force que peut revêtir un « nationalisme banal » parvenant à s’enraciner profondément dans la quotidienneté du vécu de chacun.

Afin de faciliter le parcours du visiteur, un premier encadré lui rappelle brièvement les réalités auxquelles renvoient les trois terrains où certains groupes privilégient le recours à la violence comme moyen d’action politique. Huit autres encadrés se succèdent ensuite qui, pour chacun d’eux, expose une thématique particulière utile au classement et à la compréhension des photographies exposées.

0 commentaire