Ça Vous Regarde : le débat : Gastronomie contre malbouffe : le match!

LCP

par LCP

1,8K
239 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à

Le « repas gastronomique français » a été inscrit au patrimoine immatériel de l’Unesco le 16 novembre 2010, après deux ans de campagne menée par plusieurs hommes politiques dont Jack Lang ou Nicolas Perruchot (député-maire de Blois) et encouragée par le ministre de l’agriculture Bruno Le Maire et le ministre de la culture Frédéric Mitterrand.



Cet honneur ne s’est pas fait sans difficultés, la France a dû prouver que sa gastronomie est avant tout un art qui rassemble les gens dans un esprit festif et convivial. C’est la pratique sociale du grand repas français, et non la gastronomie française, qui est célébrée par l’Unesco.



A l’heure de la crise économique, le pouvoir d’achat des français est en berne. Pourtant, la cuisine n’a jamais fait autant recette. L’art de la table est redevenu à la mode : les livres et les magasines de cuisine se vendent comme des petits pains. En 2009, ce ne sont pas moins de 4360 ouvrages culinaires qui sont venus grossir les rangs des librairies. Deux grandes chaines ont consacré des budgets faramineux pour présenter des concours de cuisine. M6 et TF1 ont battu des records d’audience avec « Top chef » pour la première et « Master chef » pour la seconde. La cuisine semble rassembler les gens à l’heure où tout va mal.



Plus qu’un succès médiatique, la cuisine est devenue un vrai sujet de société. Les français prennent conscience que leur art culinaire risque de disparaître. Plus qu’un concours, le classement du « repas gastronomique français » est aussi une bataille pour sauver les produits du terroir et le savoir-faire culinaire, qui font l’originalité de la culture française.



Face à l’industrie agroalimentaire et à la multiplication des fast food, la gastronomie est elle vouée à disparaitre ?



Comment et pourquoi l’idée de classer la cuisine française au patrimoine de l’UNESCO a-t-elle vu le jour ?



Invités :

+ Patricia Alexandre, directrice du guide et du magazine Gault et Millau

+ Stéphane Merceron, Président d’Euro Gusto, membre du mouvement Slow Food,

+ Jean-Michel Cohen, nutritionniste, auteur de « Savoir manger, le guide des aliments 2008-2009 », Flammarion

+ Thibaud Danancher, journaliste au Point, dossier « La France gourmande ».

0 commentaire