Amin Maalouf - Sauramps le 13 Novembre 2012

sauramps

par sauramps

8
179 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Retour en images sur la venue d’Amin Maalouf le mardi 13 novembre 2012 à la librairie Sauramps. A l’occasion de la sortie à la rentrée de son roman 'Les désorientés', paru aux éditions Grasset, Amin Maalouf est venu à la rencontre du public montpelliérain à la librairie Sauramps et à la médiathèque centrale Emile Zola.

Dans 'Les désorientés', Amin Maalouf fait une rare incursion dans le XXe siècle et évoque son Liban natal en guerre, sujet douloureux qu'il n'avait fait qu'effleurer jusqu'à présent.

« Dans 'Les désorientés', je m'inspire très largement de ma propre jeunesse. Je l'ai passée avec des amis qui croyaient en un monde meilleur. Et même si aucun des personnages de ce livre ne correspond à une personne réelle, aucun n'est entièrement imaginaire. J'ai puisé dans mes rêves, dans mes fantasmes, dans mes remords, autant que dans mes souvenirs.
Les protagonistes du roman avaient été inséparables dans leur jeunesse, puis ils s'étaient dispersés, brouillés, perdus de vue. Ils se retrouvent à l'occasion de la mort de l'un deux. Les uns n'ont jamais voulu quitter leur pays natal, d'autres ont émigré vers les Etats-Unis, le Brésil ou la France. Et les voies qu'ils ont suivies les ont menés dans les directions les plus diverses.» Amin Maalouf

Né à Beyrouth en 1949, Amin Maalouf est un écrivain de langue arabe et de culture française qui écrit en Fançais. Il vit en France depuis 1976.
Il est l'auteur de plusieurs livres, dont 'Léon l'Africain', 'Samarcande', 'Le Rocher de Tanios' (prix Goncourt, 1993), 'Les Echelles du Levant', 'Les Identités meurtrières' ou 'Origines'. Il a reçu en 2010 le prix Prince des Asturies pour l'ensemble de son oeuvre. Ses romans et essais, tous écrits en français, sont traduits en plus de 40 langues.
En juin 2012, il est élu à l'Académie française.

La librairie Sauramps remercie Amin Maalouf, les éditions Grasset et particulièrement Myriam Salama, Robert Sabatier de Radio Clapas et l’équipe de la médiathèque centrale Emile Zola.

0 commentaire