Advertising Console

    Comment l’écoute du temps produit par une interprétation somme une Forme

    Reposter
    Ircam

    par Ircam

    112
    125 vues
    À la lumière de la mathématique catégorielle (articulant produits - limites projectives - et sommes - colimites injectives) et à l’ombre de la philosophie platonicienne d’A. Lautman (le temps consiste - plutôt qu’il n’existe - en une opération sur des existences), il s’agira d’esquisser ce que production d’un temps musical à l’oeuvre veut dire pour l’écoute du musicien. Pour ce faire, on détaillera sur un exemple comment l’écoute d’une oeuvre musicale se laisse guider par une teneur secrète que l’oeuvre interprétée avoue en un moment-clef, teneur que l’écoute s’attache alors à épouser en sorte de tricoter autour d’elle une synthèse globale du discours qui va donner Forme (endogène) à l’oeuvre.
    On rapprochera ce travail du mathème lautmanien du temps (le temps est cette dimension spécifique d’un produit qui vient paramétrer ses différentes projections et engendrer par là une somme globale) en sorte de faire apparaître l’écoute du musicien comme une incorporation au temps musical que tresse l’oeuvre. On en conclura que le temps musical opère comme interface (interprétation) d’un produit analytique (composition) et d’une somme synthétique (compréhension auditive) qui vient matérialiser le libre cours, adressé à l’oreille, d’une discursivité musicale à l’oeuvre.
    Intervenant : François Nicolas
    15 juin 2012 © Ircam | http://manifeste2012.ircam.fr